Direkt zum Inhalt | Direkt zur Navigation

A.J. Davis, The Holy Bureaucrat (Grégory Combalbert)

Francia-Recensio 2009/1 Mittelalter – Moyen Âge (500–1500)

Adam J. Davis, The Holy Bureaucrat. Eudes Rigaud and Religious Reform in the Thirteenth-Century Normandy, Ithaca, New York (Cornell University Press) 2006, XVI–268 p., ISBN 978-0-8014-4474-6, USD 39,95.

rezensiert von/compte rendu rédigé par

Grégory Combalbert, Caen

Eudes Rigaud, archevêque de Rouen de 1248 à 1276, est l’un des plus célèbres prélats français du XIII e siècle, en grande partie parce qu’il fit rédiger ce qui constitue, pour les historiens, une source quasiment unique pour la connaissance de l’Église de l’époque: un registre répertoriant en détail les visites qu’il effectua dans toute la province ecclésiastique de Rouen entre août 1248 et décembre 1269. Jusqu’à présent, d’ailleurs, c’est surtout la source en elle-même qui avait retenu l’attention. Éditée par T. Bonnin en 1852, traduite en anglais par Sydney M. Brown en 1964, elle était également le support de l’étude consacrée à Eudes Rigaud par P. Andrieu-Guitrancourt en 1938.

Adam Davis cherche, dans son ouvrage, à renouveler cette étude déjà ancienne, mais aussi et surtout à la dépasser. Dès l’introduction, il dévoile en effet le projet qui le guide: il souhaite s’intéresser à l’homme Eudes Rigaud qui se cache derrière le fameux registre, et le trouver dans toute la mesure de sa personnalité. La principale force de l’ouvrage est donc, tout en accordant une large place au registre des visites, de ne pas en faire le seul fondement de l’analyse, mais de s’appuyer sur toutes les sources disponibles concernant le personnage. L’auteur a utilisé les sermons prononcés par Eudes au temps où il enseignait à l’université de Paris, mais aussi les sermons prononcés plus tard, en synode, devant les prêtres du diocèse de Rouen. De même, il a sollicité les chartes conservées en original aux Archives départementales de la Seine-Maritime, et celles copiées dans le cartulaire de la cathédrale de Rouen dit cartulaire de Philippe d’Alençon.

L’ouvrage se compose de huit chapitres, chacun d’entre eux s’attachant à un aspect précis de la vie et de l’action d’Eudes Rigaud, à commencer par sa formation au studium franciscain de Paris et à son enseignement en tant que maître de l’Université. Pourtant essentielle pour comprendre l’action ultérieure d’Eudes comme archevêque, la connaissance de ces étapes de sa vie avait jusqu’alors été quelque peu négligée, et l’auteur fait ici œuvre utile en examinant les influences qui se sont exercées sur Eudes, à commencer par celle – déterminante – de Pierre le Chantre, et en étudiant, à l’appui de ses sermons, l’analyse qu’il fait de certains passages bibliques et les positions qu’il adopte sur quelques grandes questions théologiques.

Les quatre chapitres suivants s’appuient principalement sur le registre des visites et passent en revue les principaux aspects de l’administration d’Eudes Rigaud en tant qu’archevêque de Rouen. L’auteur s’attarde sur la composition de sa familia , où les frères franciscains occupent une place privilégiée, puis sur ses rapports, souvent difficiles, avec ses suffragants. Il montre comment Eudes a eu à cœur de défendre et d’imposer sa juridiction, quitte à bousculer la coutume et même, parfois, les normes canoniques. De même, les rapports d’Eudes avec les maisons monastiques et canoniales qu’il visite dans toute la province sont souvent tendus. En la matière, Adam Davis ne se limite pas aux détails, souvent croustillants, rapportés dans le registre: à partir de ces faits, il analyse les principes, d’inspiration très franciscaine, qui sous-tendent l’action d’Eudes. La démonstration suit la même méthode quant à son action auprès du clergé séculier.

Les deux chapitres suivants envisagent l’action d’Eudes Rigaud en matière judiciaire et financière. En tant qu’archevêque, seigneur de plusieurs localités, mais aussi comme membre de l’échiquier de Normandie et du parlement de Paris, Eudes a joué un grand rôle en matière judiciaire. L’analyse est ici classique, envisageant en particulier les conflits entre juridictions laïques et ecclésiastiques. En matière financière, la question de départ souligne, pour mieux la dépasser, l’apparente contradiction entre la personnalité et l’action d’Eudes, à la fois franciscain très attaché à la pauvreté, et excellent gestionnaire qui a considérablement augmenté le temporel de son Église, en particulier par l’acquisition de rentes dont la liste est détaillée en annexe. Le dernier chapitre, enfin, aborde la question des rapports de l’archevêque avec le roi Louis IX, pour insister sur la proximité des deux hommes et le rôle de diplomate assumé par Eudes.

L’auteur ose, à l’occasion, quelques analogies avec des événements contemporains, qui ne sont pas sans surprendre le lecteur. La politique menée par l’archevêque est par exemple comparée avec la politique dite de »la vitre cassée« de l’ancien maire de New-York, Rudolph Giulliani, l’objectif étant d’expliquer que, pour Eudes Rigaud, toute faute, même mineure, doit recevoir une sanction proportionnée, afin d’éviter l’impression générale d’impunité qui conduit à commettre des fautes toujours plus graves.

Adam Davis évite enfin l’écueil d’une biographie repliée sur le personnage. L’action d’Eudes et ses prises de position sont en permanence replacées dans le contexte politique et religieux de l’Europe du XIII e siècle. Elles sont également toujours étudiées dans la perspective de la spiritualité franciscaine qui caractérise Eudes, même au poste d’archevêque, faisant de l’ouvrage autant une analyse de l’homme Eudes Rigaud que du monde franciscain vingt à cinquante ans après la mort de François d’Assise. La réflexion est nourrie de nombreux exemples tirés du registre des visites et de nombreuses comparaisons, en particulier avec l’archevêque de Pise, Federico Visconti, et avec l’archevêque franciscain de Cantorbéry, Jean Pecham. Nul doute ainsi que l’ouvrage d’Adam Davis sera rapidement considéré comme l’une des synthèses les plus intéressantes sur ce personnage hors du commun qu’était Eudes Rigaud.

Lizenzhinweis: Dieser Beitrag unterliegt der Creative-Commons-Lizenz Namensnennung-Keine kommerzielle Nutzung-Keine Bearbeitung (CC-BY-NC-ND), darf also unter diesen Bedingungen elektronisch benutzt, übermittelt, ausgedruckt und zum Download bereitgestellt werden. Den Text der Lizenz erreichen Sie hier: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/3.0/de

PSJ Metadata
Grégory Combalbert
A.J. Davis, The Holy Bureaucrat (Grégory Combalbert)
CC-BY-NC-ND 3.0
Hohes Mittelalter (1050-1350)
Frankreich und Monaco
Kirchen- und Religionsgeschichte
13. Jh.
4042617-8 100956041 4138222-5
1230-1275
Normandie (4042617-8), Odo Rigaldus (100956041), Kirchenreform (4138222-5)
PDF document Davis_Combalbert.doc.pdf — PDF document, 98 KB
A.J. Davis, The Holy Bureaucrat (Grégory Combalbert)
In: Francia-Recensio 2009/1 | Mittelalter – Moyen Âge (500–1500)
URL: https://prae.perspectivia.net/publikationen/francia/francia-recensio/2009-1/MA/Davis_Combalbert
Veröffentlicht am: 08.04.2009 17:10
Zugriff vom: 20.01.2020 15:22
abgelegt unter: