Direkt zum Inhalt | Direkt zur Navigation

E. Meuthen, Das 15. Jahrhundert (Matthieu Olivier)

Francia-Recensio 2009/1 Mittelalter – Moyen Âge (500–1500)

Erich Meuthen, Das 15. Jahrhundert. 4. Auflage, überarbeitet von Claudia Märtl, München (Oldenbourg) 2006, X–343 S. (Oldenbourg Grundriss der Geschichte, 9), ISBN 3-486-49743-0, EUR 24,80.

rezensiert von/compte rendu rédigé par

Matthieu Olivier, Göttingen

On ne présente plus la collection »Grundriss der Geschichte« des éditions Oldenbourg, qui jouit outre-Rhin d’une réputation flatteuse. Proposant à la fois une histoire synthétique de l’époque traitée (partie I: »Darstellung«), un état des lieux de la recherche (partie II: »Grundprobleme und Tendenzen der Forschung«), et enfin une ample bibliographie (partie III: »Quellen und Bibliographie«), elle est en somme l’équivalent en langue allemande de notre collection »Nouvelle Clio«. La plupart des volumes de la série ont acquis avec le temps le statut d’ouvrages de référence; c’est le cas du »Meuthen«, consacré au XV e siècle européen (1 ère éd. 1980), dont Claudia Märtl offre ici une version revue et mise à jour, après deux premières rééditions procurées par l’auteur lui-même.

C. Märtl a pris le parti de laisser en l’état, à de menues corrections près, le texte de la première partie. L’actualisation concerne donc au premier chef la troisième partie, bibliographique, et, dans une moindre mesure, la seconde. Passons rapidement sur le tableau général du long XV e siècle (1378 et 1517 sont proposées comme bornes chronologiques indicatives, avec toutes les précautions de rigueur, tant les questions de périodisation continuent de diviser les historiens, ce dont rend compte la toute première section de la seconde partie aux p. 214–220). Sa réputation en effet n’est plus à faire: les recenseurs ont fait chorus pour en souligner, au fil des précédentes éditions, les immenses qualités de clarté, de concision et d’équilibre. Bien que l’Empire et les pays germaniques y occupent une place privilégiée, le reste de la chrétienté latine n’est pas oublié. Les marges orientales, faute de place, sont il est vrai assez chichement traitées (Pologne-Lituanie, royaume de Hongrie). Mais comment en faire grief à un auteur réussissant l’exploit de faire tenir en quelque 110 pages d’une rare densité un panorama complet de la période traitée?

Les cent pages suivantes tentent de faire le point sur une historiographie du XV e siècle qui a connu, ces dernières décennies, un profond renouvellement. La tâche était ardue, notamment parce que, comme vient le rappeler C. Märtl, sur le champ de ruines des anciennes certitudes domine désormais un discours infiniment nuancé et prudent, faisant une large part à la diversité irréductible des situations particulières, au risque peut-être d’un certain renoncement à la synthèse. Aucun grand champ de recherche n’est oublié, et C. Märtl fait justice à des thématiques émergentes que les éditions précédentes, par la force des choses, laissaient quelque peu dans l’ombre – signalons par exemple les paragraphes éclairants consacrés à l’histoire des femmes (p. 180–181).

C’est dans la troisième et dernière partie, entièrement refondue, que l’on prend toute la mesure de l’explosion bibliographique évoquée par C. Märtl: pas moins de 1650 titres y sont répertoriés (705 titres en 1980; 1499 dans la précédente réédition de 1996). Comme dans les précédentes éditions, les travaux en langue allemande se taillent bien sûr la taille du lion; mais on saluera, dans le droit fil de l’ambition qui animait E. Meuthen, la volonté manifeste de C. Märtl de ne rien oublier des publications étrangères les plus notables, tout comme l’on notera le désir de tenir compte de l’évolution même des outils à la disposition du chercheur (insertion de ressources électroniques). La riche chronologie des précédentes éditions a été reconduite ici sans modification; on déplorera simplement qu’une coquille héritée de l’édition de 1980 n’ait toujours pas été corrigée: le roi de Pologne Jean (du reste mieux connu sous le nom de Jean-Albert, alias Jan Olbracht) est mort en 1501 et non en 1510 (p. 310; éd. 1980: p. 220).

On referme en somme cette 4 ème édition du »Meuthen« avec l’intime conviction qu’elle connaîtra, grâce à C. Märtl, un succès identique à celui rencontré par les précédentes moutures, et ce au-delà même des rangs de la Mediävistik allemande.

Lizenzhinweis: Dieser Beitrag unterliegt der Creative-Commons-Lizenz Namensnennung-Keine kommerzielle Nutzung-Keine Bearbeitung (CC-BY-NC-ND), darf also unter diesen Bedingungen elektronisch benutzt, übermittelt, ausgedruckt und zum Download bereitgestellt werden. Den Text der Lizenz erreichen Sie hier: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/3.0/de

PSJ Metadata
Mathieu Olivier
E. Meuthen, Das 15. Jahrhundert (Matthieu Olivier)
CC-BY-NC-ND 3.0
Frühe Neuzeit (1500-1789), Spätes Mittelalter (1350-1500)
Europa
Geschichte allgemein
15. Jh.
4015701-5
1387-1515
Europa (4015701-5)
PDF document Meuthen_Olivier.doc.pdf — PDF document, 95 KB
E. Meuthen, Das 15. Jahrhundert (Matthieu Olivier)
In: Francia-Recensio 2009/1 | Mittelalter – Moyen Âge (500–1500)
URL: https://prae.perspectivia.net/publikationen/francia/francia-recensio/2009-1/MA/Meuthen_Olivier
Veröffentlicht am: 08.04.2009 18:35
Zugriff vom: 06.04.2020 14:20
abgelegt unter: