Direkt zum Inhalt | Direkt zur Navigation

    J. Bahlcke, R. Bendel, Migration und kirchliche Praxis (Bernard Vogler)

    Francia-Recensio 2010/4 Frühe Neuzeit – Revolution – Empire (1500–1815)

    Joachim Bahlcke, Rainer Bendel (Hg.), Migration und kirchliche Praxis. Das religiöse Leben frühneuzeitlicher Glaubensflüchtlinge in alltagsgeschichtlicher Perspektive, Köln, Weimar, Wien (Böhlau) 2009, XIV–258 S. (Forschungen und Quellen zur Kirchen- und Kulturgeschichte Ostdeutschlands, 40), ISBN 978-3-412-20309-2, EUR 37,90.

    rezensiert von/compte rendu rédigé par

    Bernard Vogler, Strasbourg

    Il s’agit des actes d’un colloque tenu en 2004 et consacré à un thème encore peu étudié, à savoir la culture confessionnelle au quotidien des migrants à l’époque moderne, leur insertion matérielle, les formes de leur autoreprésentation et leur mémoire, les fêtes, les rites et l’organisation de leurs communautés minoritaires face aux autochtones. La plupart des contributions concernent l’Europe centrale et orientale où les questions migratoires sont également liées avec les problèmes de genèse des États. Ces pays sont à la fois des destinations et des lieux de départ de personnes qui ont dû quitter leurs lieux de vie pour motifs religieux.

    Ces migrations ont beaucoup marqué l’histoire et la mémoire en Europe et elles ont contribué à initier au XVIII e siècle les débats sur la tolérance lors de l’ Aufklärung .

    Voici une rapide revue de ces douze contributions. Andreas Rüther évoque une émigration de catholiques de Bohême qui fuient au XV e siècle devant les hussites, en particulier des clercs et des étudiants de Prague.

    Matthias Asche analyse la construction identitaire de réfugiés huguenots et de colons suisses dans les campagnes du nord du Brandebourg. Ils conservent un appareil administratif et des tribunaux spécifiques, mais les relations avec les autochtones font parfois problème.

    Dans sa contribution, Horst Weigelt analyse les difficultés de l’accueil en Saxe de schwenckfeldiens expulsés de Silésie, au point que certains quittent l’Empire pour s’installer en 1734 à Philadelphie en Amérique du Nord, où ces agriculteurs gardent une partie de leur vie religieuse communautaire.

    Roland Gehrke examine les continuités et les mutations des réfugiés mennonites des Pays-Bas dans le delta de la Vistule. Leurs communautés demeurent fermées et limitent leurs relations avec les autochtones au seul domaine économique où ils se font apprécier pour leurs succès.

    Frank Metasch s’intéresse à l’intégration religieuse de réfugiés tchèques protestants à Dresde. Bien que leur immigration soit freinée par l’électeur de Saxe, les réfugiés obtiennent en 1650 la création d’une paroisse tchèque de 200 à 400 membres, composée surtout de milieux modestes (artisans, journaliers) et étroitement contrôlée sur le plan de l’orthodoxie luthérienne.

    Matthias Noller s’intéresse à l’appartenance confessionnelle d’émigrés tchèques à Berlin où se produit un conflit avec les réformés en 1747 encore.

    Alexander Schunka analyse la présence catholique à la cour de Dresde à la fin du XVII e siècle, protégée par son immunité diplomatique et par l’empereur dont la résidence dans cette ville constitue le centre d’un cryptocatholicisme avec de nombreux ménages mixtes.

    Martin Rothkegel étudie les méthodes de recrutement clandestin en Allemagne du Sud et en Autriche de frères hutterites qui ont rassemblé jusqu’à 20 000 à 25 000 personnes dans leurs colonies en Moravie du sud, soit près de 10% de la population de cette région. Leurs colonies sont prospères, présentées comme des paradis terrestres, et produisent des objets de consommation courante et de luxe, avec des métiers spécialisés et quelquefois rares, comme les meuniers et les sommeliers.

    Un thème original, étudié par Raymond Dittrich, est celui du corpus des cantiques utilisés par les émigrés protestants du pays de Salzbourg, paysans et mineurs parfois analphabètes, expulsés en 1732 sur le chemin de la Prusse. L’étude comprend une analyse d’une quarantaine de cantiques, pour la plupart d’auteur anonyme, composés sur des mélodies du XVI e et XVII e siècles. Les thèmes sont le réconfort et l’édification, le contenu du catéchisme et de confessions, outre des chants spécifiques de certains émigrés ou liés à leur destin personnel.

    Wulf Wäntig étudie la vie quotidienne des protestants établis sur les deux côtés de la frontière politique entre la Bohême recatholisée et la Saxe luthérienne au XVII e siècle et la résistance opposée pendant plusieurs générations avant d’obtenir une conformité entre les frontières politiques, confessionnelles et mentales.

    Ulrich Niggemann étudie la mise en place de paroisses huguenotes françaises dans le duché de Magdebourg entre 1685 et 1700 à travers la vie ecclésiale et l’expérience des conflits. Il étudie en particulier les conflits avec la population autochtone pour des motifs économiques et la location de logements, ainsi que les conflits internes aux communautés.

    Ces migrations religieuses se poursuivent encore au XIX e siècle avec l’exemple du déplacement en 1837 de près de 400 protestants qui sont contraints à quitter la vallée tyrolienne du Zillertal pour se rendre en Silésie, ce que montre Joachim Bahlcke. Il s’agit avant tout de paysans, de bûcherons et d’artisans dont les deux tiers sont analphabètes et n’ont connu qu’une transmission orale de la doctrine luthérienne par leurs parents ou des prédicateurs laïcs, d’où des concepts et des termes religieux déformés et flous qui posent problème dans des paroisses bien structurées. L’auteur développe la question de l’intégration ecclésiale en Silésie, leurs expériences religieuses quotidiennes et l’attitude des personnalités autochtones de Silésie à leur égard. Aussi leur intégration sociale et religieuse constitue un processus long et complexe.

    Ces contributions portent sur des thèmes souvent peu connus encore et constituent un apport très intéressant et neuf à l’étude des migrations religieuses en Europe.

    Lizenzhinweis: Dieser Beitrag unterliegt der Creative-Commons-Lizenz Namensnennung-Keine kommerzielle Nutzung-Keine Bearbeitung (CC-BY-NC-ND), darf also unter diesen Bedingungen elektronisch benutzt, übermittelt, ausgedruckt und zum Download bereitgestellt werden. Den Text der Lizenz erreichen Sie hier: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/3.0/de

    PSJ Metadata
    Bernard Vogler
    J. Bahlcke, R. Bendel, Migration und kirchliche Praxis (Bernard Vogler)
    CC-BY-NC-ND 3.0
    Frühe Neuzeit (1500-1789)
    Europa
    Kirchen- und Religionsgeschichte
    Neuzeit bis 1900
    4015701-5 4001307-8 4413224-4 4157495-3 4114204-4
    1400-1900
    Europa (4015701-5), Alltag (4001307-8), Glaubensflüchtling (4413224-4), Glaubensleben (4157495-3), Kirchliches Leben (4114204-4)
    PDF document bahlcke-bendel_vogler.doc.pdf — PDF document, 109 KB
    J. Bahlcke, R. Bendel, Migration und kirchliche Praxis (Bernard Vogler)
    In: Francia-Recensio 2010/4 | Frühe Neuzeit - Revolution - Empire (1500-1815)
    URL: https://prae.perspectivia.net/publikationen/francia/francia-recensio/2010-4/FN/bahlcke-bendel_vogler
    Veröffentlicht am: 19.11.2010 14:15
    Zugriff vom: 07.08.2020 14:39
    abgelegt unter: