Direkt zum Inhalt | Direkt zur Navigation

    M. Neerland Soleim, Prisoners of War and Forced Labour (Patrice Arnaud)

    Francia-Recensio 2011/2 19./20. Jahrhundert – Histoire contemporaine

    Marianne Neerland Soleim (ed.), Prisoners of War and Forced Labour. Histories of War and Occupation, Newcastle upon Tyne (Cambridge Scholars Publishing) 2010, VIII–247 S., ISBN 978-1-443-81720-2, GBP 39,99.

    rezensiert von/compte rendu rédigé par

    Patrice Arnaud, Paris

    » Prisoners of War and Forced Labour: Histories of War and Occupation « constitue la publication, sous la direction de Marianne Neerland Soleim, des actes du colloque international qui s’est tenu à Falstad en Norvège les 20 et 21 novembre 2008. Il comporte onze contributions, dont le focus se concentre sur l’Europe nordique (Finlande et Norvège).

    Thomas Earl Porter consacre son article au »génocide oublié« des prisonniers de guerre (PG) soviétiques, qui a provoqué la mort de 3,3 à 3,5 millions d’entre eux sur un total de 5 à 6 millions. L’auteur étaye cette idée par l’exécution d’un demi-million de soldats de l’Armée rouge entre juin 1941 et mai 1943 et l’obligation faite aux captifs de marcher plusieurs centaines de kilomètres avant de rejoindre un camp de transit, sous peine d’être exécutés. Porter évoque une stratégie explicite de l’Armée allemande d’humilier et d’affamer ces prisonniers au point de provoquer des cas de cannibalisme. La mortalité de 2 millions de PG sur les six premiers mois de l’opération Barbarossa serait la conséquence, non de l’impréparation de la Wehrmacht à gérer ces masses, mais d’un projet génocidaire avant qu’il ne soit décidé d’exploiter la main-d’œuvre de ces captifs. L’auteur souligne qu’avant l’offensive, il était planifié d’exécuter les juifs, mais aussi les prisonniers des républiques d’Asie centrale ou les femmes en uniforme. 100 000 PG russes devaient être internés à Birkenau, sujets d’expérimentation pour le Zyklon B, et 150 000 à Maidanek. Le rejet de l’offre de la Croix-Rouge d’offrir des médicaments pour les malades et leur exécution confirmerait cette volonté génocidaire, responsable de trois millions de morts en moins d’un an, soit les trois quarts des PG capturés. Porter évoque le sort des survivants: 10%, soit un demi-million, soldats mais aussi civils, furent internés dans les goulags, parfois pendant dix ans.

    Piotr Setkiewicz étudie le sort des PG dans les camps d’IG Farben à Auschwitz. Il rappelle qu’il n’était pas prévu, initialement, de les employer à Monowitz, dont l’usine ne devait employer qu’une main-d’œuvre concentrationnaire, opinion qui change à l’automne 1941 avec la construction d’un camp pour 125 000 PG soviétiques à Brzezinka. En octobre 1941, 10 000 sont transférés à Auschwitz et en mars 1942, ceux qui avaient survécu furent transférés à Birkenau. Une promesse d’affecter 2000 PG britanniques à Auschwitz ne fut jamais réalisée. Cependant, deux transports en septembre 1943 élèvent leur nombre à plus d’un millier. Cette main-d’œuvre aurait été très indocile, refusant d’être affectée à l’économie de guerre. Six prisonniers auraient été fusillés pour rendement insuffisant. Cependant, l’auteur évoque des descriptions de vie proches de celles des travailleurs civils. Quant aux PG italiens, un petit groupe de 70–80 individus, mal traité, aurait été affecté à Monowitz en novembre 1943.

    Peter Ruggenthaler s’intéresse à la Styrie ( Steiermark ), l‘un des sept provinces ( Gaue) autrichiens. Mi-mai 1942, plus de 32 000 PG travaillent dans le Gau . Il s’agit au deux tiers de Français, suivis par des Britanniques (6000) alors qu’on ne compte que 21 Polonais! La plupart sont employés dans l’agriculture ou les travaux de terrassement. L’emploi des plus de 100 000 civils est concentré pour moitié dans les usines d’armement de Graz. En 1944, 42% de la main-d’œuvre industrielle est étrangère. L’auteur confirme, grâce à des questionnaires, que la situation dans l’agriculture était plus favorable que dans l’industrie, notamment pour l’alimentation. Il évoque le sort des femmes de l’est, contraintes à l’avortement, voire victimes d’expérimentations médicales et la répression menée contre ces travailleurs, au moyen de quatre camps de rééducation par le travail: Eisenerz, Frauenberg, St. Dyonysen et Niklasdorf. En 2005, un fonds ayant reçu plus de 130 000 demandes de dédommagement, accepte d’octroyer pour chaque demande justifiée une somme comprise entre 1453 et 7631 euros.

    Michele Frucht Levy consacre son article au »génocide« des Oustachis contre les Serbes. L’auteur reprend sans critique les conclusions de Marco Rivelli (»Un génocide occulté«) et explique par une conspiration du silence d’origine vaticane le fait que cet ouvrage ait dû attendre vingt ans pour être publié. Le génocide serbe et de la petite minorité juive disparue à 80% n’aurait été possible qu’en se conciliant la minorité musulmane. Toutefois, si le discours des dirigeants est violemment antiserbe, la mention des expulsions ne confirme pas une volonté exclusivement génocidaire, mais plutôt celle d’une purification ethnique, partiellement condamnée par l’Église, notamment l’archevêque de Zagreb, Alojzije Stepinac, béatifié par Jean-Paul II. La construction de vingt camps de concentration fut un outil de cette répression, comme le camp de Jasenovac dont le taux de mortalité aurait atteint 88%. Cependant, on peut que s’interroger sur notre connaissance d’un »génocide« dont le bilan oscille, selon l’auteur, entre 60 000 et 1,5 million de victimes!

    Edmund Novak compare les conditions de vie des PG polonais internés en Russie et en Allemagne. L’auteur envisage d’abord les 440 000 Polonais sous captivité allemande. Dès juin 1940, plus de 300 000 sont transférés dans le Reich, à l’exception des 60 000 juifs internés dans des camps spéciaux. L’auteur évoque des conditions de vie précaires, notamment pour la nourriture, qui n’auraient cessé de se détériorer et mentionne la transformation de 250 à 300 000 PG en travailleurs civils que seuls 40 000 ont refusée. Quant aux 20 000 officiers, ils auraient été rassemblés en 1944 dans quatre camps. Selon l’auteur, les décès seraient de 10 000. En 1939, entre 230 000 et 250 000 soldats polonais, dont 8500 officiers, sont faits prisonniers par les Soviétiques. L’URSS n’est pas préparée à leur internement si bien qu’un nombre important peut s’échapper. Dès septembre, le contrôle de ces 150 camps est transféré de l’Armée rouge au NKVD qui érige trois camps spéciaux en novembre pour y interner 15 000 officiers. La dureté des conditions de vie est accrue par la rigueur de l’hiver. Les motivations de l’exécution de ces 15 000, à l’exception de 440 d’entre eux, entre mars et mai 1940, restent mystérieuses. L’auteur rappelle que les Allemands découvrent les principaux charniers en avril 1943 ce qui fournit à l’URSS le prétexte de rompre ses relations avec le gouvernement polonais en exil. En 2004, le haut procureur militaire russe ne reconnaît pas ces exécutions comme un crime de guerre. En 2005, il nie que cet acte constitue un homicide et empêche la communication des archives à la Pologne, ce qui ne permet pas de surmonter le ressentiment des Polonais envers la Russie.

    Isaac Herskowitz évoque les écrits de deux rabbins, témoins de l’holocauste. Cette communication, qui s’éloigne du thème du colloque, met en lumière combien les deux rabbins Efrati et Schlomo Teichtal interprétèrent en termes religieux et manichéens la Shoah comme la lutte des forces du mal et de l’impureté contre celles de la sainteté.

    Marina Panikar compare la vie des PG russes en Norvège et celles des PG internés au Nord-Ouest de la Russie. Malheureusement, les six pages de son article ne lui permettent pas de sortir de lieux communs sur la »similitude des systèmes politiques entre le III e Reich et l’URSS« ( sic ), les conditions climatiques, le poids équivalent des PG (2%) par rapport à la population, la dureté du labeur et des conditions de vie ainsi que la simplicité, voire l’inexistence, des soins médicaux. Les PG soviétiques de Norvège étaient employés à des travaux durs, notamment la construction d’infrastructures de transports et de logements. La nourriture (300 gr de pain quotidiens et un litre de soupe soit 1500 kcal) ne suffisait pas à couvrir les dépenses énergétiques, accrues par le froid. Les taux de décès auraient été comparables en URSS et en Norvège (14%), mais légèrement inférieurs dans le Nord de la Russie (10%) sans que cette différence ne soit expliquée.

    Lars Westerlund étudie les camps militaires disciplinaires en Finlande. Trois Straflager furent créés en 1942 pour interner les condamnés des tribunaux militaires. Les quelque 600 prisonniers devaient y accomplir dix heures de travail par jour avec les plus petites rations de la Wehrmacht . À l’été 1942, 1750 détenus furent transférés de Norvège en Finlande. 30 sont exécutés lors du transfert. Le traitement est si dur qu’entre un cinquième et un tiers des prisonniers y périssent en une année. En 1949, les autorités du Straflager III répondent de leurs crimes devant un tribunal de Halle (RDA): suppression des repas lorsque le travail n’était pas bien réalisé, exécutions de malades ou pour des délits mineurs si bien que la mortalité y atteignit 50%. Les survivants furent transférés fin 1943 à Leningrad pour y construire un chemin de fer. L’auteur conclut en présentant d’autres camps pénitentiaires, notamment en Norvège où la situation n’était pas meilleure. Ces camps n’étaient pas éducatifs, mais devaient avoir un effet dissuasif sur les éléments les moins sûrs de l’Armée.

    Stephen Tyas étudie les évasions d’Allemagne des PG et travailleurs civils étrangers. Après un rappel des différents moyens les plus utilisés pour s’évader, l’auteur évoque son unique source pour appréhender son sujet: les messages radiophoniques que la police criminelle a envoyés entre 1939 et 1945 et qui furent décodés par la BBC. Sur les 2340 messages conservés, l’auteur dresse des statistiques sur les dates de tentatives d’évasion (avec un pic aux troisièmes trimestres 1941 et 1943) et les principales nationalités concernées. Ainsi, les Français seraient les plus actifs dans les tentatives d’évasion avec plus de la moitié des messages les concernant. La plupart des évasions interviendraient en Allemagne méridionale et en Autriche. Quant aux Russes, ils auraient eu plus de mal à se dissimuler dans la population et auraient été plus facilement repris. Si l’auteur reconnaît que ces messages constituent la partie émergée d’un iceberg, il considère globalement son échantillon comme représentatif ce qui le conduit à minorer les tentatives d’évasion de civils et à surévaluer les tentatives françaises, mieux relayées en raison de la proximité de la frontière.

    Marek Jasinski et Lars Stenvi prétendent fonder une nouvelle discipline: l’archéologie historique définie comme »l’étude des comportements humains par des restes matériels, pour lesquels l’histoire écrite affecte d’une certaine manière son interprétation«. Accordant une grande place aux concepts, leur article s’intéresse à la manière dont les camps allemands se sont intégrés au paysage norvégien à travers les résultats d’une campagne menée en 2007–2008 sur les restes et l’implantation du camp disciplinaire SS de Falstad. Hormis la découverte d’une trentaine de tombes, les archéologues n’ont mis au jour que de menus objets de la vie quotidienne, sans parvenir à restituer les fonctions des différents espaces du camp.

    Dmitri Frolov conclut l’ouvrage en abordant les PG finlandais. Il rappelle qu’il y eut deux guerres: la première débute le 30 novembre 1939 et se conclut le 12 mars 1940 par la signature d’un traité de paix avec Moscou. La seconde, la » Continuation War « , débute en juin 1941 et prend fin avec la signature d’un armistice le 19 septembre 1944. Les PG finlandais furent peu nombreux: 884 durant le printemps 1940 et 3114 durant la » Continuation War « . Les PG soviétiques internés en Finlande furent plus nombreux, mais négligeables par rapport à ceux capturés par la Wehrmacht : 64 000, dont 50 000 en 1941. Bien que l’URSS ne fût pas préparée à les accueillir, leur situation aurait été satisfaisante et aurait brutalement changé à partir de 1942, notamment en raison de la pénurie de médicaments; un millier de Finlandais décède en Russie (32 %), principalement de maladies (diphtérie, dysenterie) favorisées par une mauvaise alimentation et un dur labeur (mines, terrassement, travaux forestiers). Pour autant, les Finlandais auraient été mieux traités que d’autres nationalités. L’auteur conclut en évoquant leur image dans la propagande: si durant le premier hiver, ils sont présentés comme des victimes de leur gouvernement, à partir de 1942–1943, le ton se fait plus dur, stigmatisant leur brutalité. Contrairement aux autres nationalités, les Finlandais sont rapidement rapatriés, grâce à la signature d’accords bilatéraux.

    Si cet ouvrage ne révolutionne pas notre appréhension de l’histoire des prisonniers et des civils et si on peut regretter l’hétérogénéité de la qualité des contributions, il constitue une référence qui doit être connue, notamment pour l’histoire des prisonniers de guerre en Europe du Nord.

    Lizenzhinweis: Dieser Beitrag unterliegt der Creative-Commons-Lizenz Namensnennung-Keine kommerzielle Nutzung-Keine Bearbeitung (CC-BY-NC-ND), darf also unter diesen Bedingungen elektronisch benutzt, übermittelt, ausgedruckt und zum Download bereitgestellt werden. Den Text der Lizenz erreichen Sie hier: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/3.0/de

    PSJ Metadata
    Patrice Arnaud
    M. Neerland Soleim, Prisoners of War and Forced Labour (Patrice Arnaud)
    CC-BY-NC-ND 3.0
    Neuzeit / Neuere Geschichte (1789-1918), Zeitgeschichte (1918-1945)
    Europa
    Militär- und Kriegsgeschichte, Sozial- und Kulturgeschichte
    1940 - 1949
    4011882-4 4033131-3 4079167-1 4121950-8
    1939-1945
    Deutschland (4011882-4), Kriegsgefangener (4033131-3), Weltkrieg 1939-1945 (4079167-1), Zwangsarbeiter (4121950-8)
    PDF document neerland-soleim_arnaud.doc.pdf — PDF document, 139 KB
    M. Neerland Soleim, Prisoners of War and Forced Labour (Patrice Arnaud)
    In: Francia-Recensio 2011/2 | 19./20. Jahrhundert - Histoire contemporaine
    URL: https://prae.perspectivia.net/publikationen/francia/francia-recensio/2011-2/ZG/neerland_arnaud
    Veröffentlicht am: 28.06.2011 15:45
    Zugriff vom: 27.01.2020 01:01
    abgelegt unter: