Direkt zum Inhalt | Direkt zur Navigation

    B. Coward, P. Gaunt, English Historical Documents, 1603–1660 (Bernard Cottret)

    Francia-Recensio 2012/1 Frühe Neuzeit – Revolution – Empire (1500–1815)

    Barry Coward, Peter Gaunt (ed.), English Historical Documents, 1603–1660, Abingdon (Routledge) 2010, 1280 p. (English Historical Documents), ISBN 978-0-415-19909-4, GBP 200,00.

    rezensiert von/compte rendu rédigé par

    Bernard Cottret, Versailles

    Avec ses 1408 pages, ce dernier volume ne dépare pas la collection des English Historical Documents dont l’ambitieux projet, confié à l’origine à l’éditeur Eyre and Spottiswoode, s’inscrit sur plus d’un demi-siècle. Depuis 1953 exactement, s’enchaînent ces publications toujours remarquables de sources rendant accessibles aux étudiants et aux chercheurs une somme impressionnante sur l’histoire de l’Angleterre. Histoire de l’Angleterre, en effet, et non pas histoire de la Grande-Bretagne, ni histoire des îles Britanniques, tant il est vrai que l’Irlande et l’Écosse, voire l’Amérique coloniale et le reste de l’Empire n’interviennent jamais qu’en étroite relation avec le centre conquérant de l’hégémonie insulaire. Dans les » Annales ESC « , François Crouzet résumait ainsi l’entreprise il y a cinquante ans: » La collection English Historical Documents […] doit comprendre 13 gros volumes, qui sont destinés avant tout […] à l’enseignement. Chacun d’eux vise à présenter un tableau d’ensemble d’une période de l’histoire anglaise sous la forme d’une sélection de documents variés, qui fourniront aux étudiants et aux professeurs un contact direct avec les sources, ainsi que de nombreux textes à commenter et à expliquer«. Il ajoutait: »Il est trop facile de critiquer des ouvrages de ce genre. On peut d’abord attaquer le principe même qui les inspire: comme tous les morceaux choisis ne risquent-ils pas d’induire les étudiants à la paresse? « 1

    Pareillement la dispersion et la diversité des sources en vieil anglais, en moyen anglais, en français ou en latin – pour citer les principales langues utilisées – s’effacent toujours devant un anglais modernisé mais de très bon aloi. Il s’agit bien de rendre accessible à un large public cultivé des textes célèbres ou inconnus du passé. On totalisait dans le projet initial une douzaine de volumes du VI e siècle à l’année 1914 (la dernière période depuis les années 1830 se prêtant du reste à deux tomes distincts). On compte désormais onze volumes, pour aller jusqu’en 1957. Le troisième tome de l’actuel volume V, consacré au XVII e siècle de 1603 à 1660, de la mort d’Élisabeth I ère à la Restauration des Stuarts, paraît aujourd’hui, sous la plume de deux remarquables historiens, le regretté Barry Coward, mort en 2011 au lendemain de cette publication, et Peter Gaunt, tous deux remarquables spécialistes de la révolution des années 1640 et du protectorat d’Oliver Cromwell. L’un a du reste succédé à l’autre à la tête de la Cromwell Association, formée en 1937 pour permettre une meilleure connaissance du personnage et de son action. Éminents chercheurs l’un et l’autre, esprits curieux et éclectiques, enseignants reconnus et admirés, ils transmettent admirablement dans ce livre leur passion pour une période parmi les plus troublées de toute l’histoire insulaire. Rien n’échappe à leur sagacité: débats constitutionnels ou aspects militaires, histoire culturelle pour employer cette formule récente. Sont ainsi abordés le pays et sa population, l’économie, la société, le paysage, la religion, la pluralité politique et religieuse, la monarchie et la nation, le parlement, la politique commerciale, les mouvements radicaux … On ne résume pas un tel livre, on ne peut qu’inciter à l’acheter, à le conserver parmi les trésors de sa bibliothèque et à le classer au nombre des usuels auxquels on revient sans cesse. En apparence rien ne bouge dans ce monde en permanente agitation révolutionnaire; il y a cinquante ans, on aurait pu inclure à peu près les mêmes textes, qu’il s’agisse de la »Petition of Right« de 1628 ou de l’»Accord du peuple« de 1648. Mais la présentation eût été plus partiale et moins objective tant les idéaux de la whig history entraînaient malgré tout un préjugé hostile à la couronne et favorable au parlement et au peuple. Rien de tout cela désormais. Sans doute a-t-on un peu perdu en passion ce que l’on a gagné en sagesse. Mais c’est tant mieux.

    1 Annales. Économies, sociétés, civilisations 17 (1962), p. 397.

    Lizenzhinweis: Dieser Beitrag unterliegt der Creative-Commons-Lizenz Namensnennung-Keine kommerzielle Nutzung-Keine Bearbeitung (CC-BY-NC-ND), darf also unter diesen Bedingungen elektronisch benutzt, übermittelt, ausgedruckt und zum Download bereitgestellt werden. Den Text der Lizenz erreichen Sie hier: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/3.0/de

    PSJ Metadata
    Bernard Cottret
    B. Coward, P. Gaunt, English Historical Documents, 1603–1660 (Bernard Cottret)
    CC-BY-NC-ND 3.0
    Frühe Neuzeit (1500-1789)
    Großbritannien
    Geschichte allgemein
    17. Jh.
    4022153-2 4020517-4 4135952-5
    1603-1660
    Großbritannien (4022153-2), Geschichte (4020517-4), Quelle (4135952-5)
    PDF document coward_cottret.doc.pdf — PDF document, 108 KB
    B. Coward, P. Gaunt, English Historical Documents, 1603–1660 (Bernard Cottret)
    In: Francia-Recensio 2012/1 | Frühe Neuzeit - Revolution - Empire (1500-1815)
    URL: https://prae.perspectivia.net/publikationen/francia/francia-recensio/2012-1/FN/coward_cottret
    Veröffentlicht am: 18.04.2012 15:05
    Zugriff vom: 27.01.2020 02:21
    abgelegt unter: