Direkt zum Inhalt | Direkt zur Navigation

M. Maaser, Humanismus und Landesherrschaft (Jean-Luc Le Cam)

Francia-Recensio 2012/1 Frühe Neuzeit – Revolution – Empire (1500–1815)

Michael Maaser, Humanismus und Landesherrschaft. Herzog Julius (1528–1589) und die Universität Helmstedt, Stuttgart (Franz Steiner) 2010, 222 S. (Frankfurter Historische Abhandlungen, 46), ISBN 978-3-515-09177-0, EUR 56,00.

rezensiert von/compte rendu rédigé par

Jean-Luc Le Cam, Quimper

Cette thèse, soutenue en 2002 à l’université de Francfort/Main sous la direction de Notker Hammerstein, se propose d’étudier les interactions de l’humanisme tardif avec la construction territoriale à travers le cas de la fondation de l’université d’Helmstedt par le duc Julius de Brunswick-Wolfenbüttel. Ce prince, troisième fils d’Henri le Jeune, réprouvé comme seul luthérien de sa famille, accéda de façon inattendue au pouvoir grâce à la mort de ses deux frères aînés à la bataille de Sievershausen. Il s’empressa dès son arrivée sur le trône en 1568 de réformer son duché, annonçant dans l’ordonnance ecclésiastique proclamée en 1569 son intention de fonder une université. Il s’agissait de fournir à son Église et son État en construction les cadres dont ils avaient besoin, mais aussi de contrôler et façonner leur formation. L’Academia Julia, fondée en 1576 par privilège impérial à partir du Paedagogium illustre créé à Gandersheim puis transféré à Helmstedt, s’est rapidement fait connaître comme une université moderne très attractive, une » université de réforme « pour reprendre le sous-titre de l’exposition qui vient de lui être consacrée à l’occasion de l’anniversaire de sa fermeture 1 . Elle est restée pendant près d’un siècle l’un des derniers grands bastions de l’humanisme littéraire et religieux dans la filiation de Philippe Melanchthon, ce qui l’amena à être la cible régulière des attaques des universités saxonnes vouées à la défense de l’orthodoxie luthérienne. Le duc lui-même avait été formé à l’humanisme lors de ses études à Bourges et à Louvain, il avait aussi fait la connaissance du modus parisiensis lors d’un séjour à Paris. Sa pratique de collectionneur et sa bibliothèque témoignent également d’un intérêt pour les humanités. Michael Maaser entend démontrer comment le duc a imposé l’humanisme à travers sa création universitaire. Le plan, à tiroirs, reprend d’abord la démarche de fondation de l’université en 37 pages, puis présente les quatre facultés à travers leurs statuts et leur corps professoral en 20 à 30 pages chacune. La conclusion résume les cinq »voies du succès « pour cette fondation: l’obtention du privilège impérial, la situation géographique favorable de l’établissement, son financement solide, les statuts universitaires bien conçus et l’engagement du prince pour son université. Elle fait ressortir les motivations ducales, tenant à la fois au prestige personnel et à l’utilité pour le territoire, et quelques caractères essentiels tels le maintien précisément de cet esprit humaniste, même à la faculté de théologie (ce qui est fortement discutable pour la période, voir ci-après), le poids de l’éthique et de la méthode historique comme marqueurs de cet enseignement. Le duc aurait selon l’auteur dynamisé les idéaux humanistes en leur faisant dépasser l’érudition habituelle au profit de l’utilité sociale et de l’ouverture sur le monde.

Un connaisseur de l’histoire universitaire allemande et de celle d’Helmstedt en particulier ne peut que rester perplexe devant cet objet de quelque 160 pages de texte (dont une bonne part de références bibliographiques en notes), plutôt à la dimension d’un master que d’une thèse de doctorat. Ce parti pris de concision serait compréhensible si l’ouvrage constituait un véritable apport par la mise en œuvre de sources inexploitées et/ou le déploiement d’analyses originales ou novatrices. Or il n’en est rien: en dehors de quelques précisions sur le corps professoral, l’essentiel du contenu de ce livre provient des études antérieures, qui se sont d’ailleurs souvent concentrées sur cette période initiale de fondation, en particulier des travaux de Peter Baumgart qui avait donné en collaboration avec Ernst Pitz une édition critique des statuts de l’université avant de publier une suite d’articles fondamentaux sur son histoire, récemment réunis dans un recueil 2 . Par ailleurs, les érudits et archivistes de la période 1880 à 1930 avaient déjà bien déblayé le travail (Koldewey pour la faculté de philosophie, Zimmermann pour la matricule et les notices de professeurs) et des travaux plus récents ont affiné le panorama pour les facultés de théologie (Inge Mager) et de médecine (Michael Triebs) ou la période préparatoire du Paedagogium (Dieter Schäfer). Curieusement, l’auteur se refuse en outre explicitement à puiser abondamment dans les archives non publiées, se contentant de renvoyer à quelques cotes en note, et de mentionner seulement deux séries générales indifférenciées aux Archives de Wolfenbüttel et de Hanovre dans la liste des sources en fin d’ouvrage. L’exploitation se limite par ailleurs à la description plutôt plate de la structure des enseignements à partir des statuts, enrichie par les résumés des biographies et carrières d’enseignants et la mention de leurs principales œuvres. Il n’y a pas de véritable insertion dans l’histoire générale de l’université et ses problématiques, ni dans celle du duché, le renvoi à la bibliographie en note ne suffisant à en tenir lieu. Au-delà de la tonalité parfois un peu hagiographique du texte, la perspective qui consiste à rapporter à la volonté du prince toutes les décisions et orientations de cette période de fondation est aussi contestable: les statuts sont certes rédigés au nom du prince mais sont pour l’essentiel de la plume du théologien de Rostock David Chytraeus, de sorte qu’il est difficile de distinguer ce qui a été simplement couvert ou accepté par Julius de ce qui est sa marque personnelle. Ses tentatives pour attirer les meilleurs enseignants, évoquées ça et là au détour de la présentation des disciplines, sont aussi intéressantes de ce point de vue mais elles auraient mérité d’être regroupées pour une analyse systématique de la politique de recrutement. Baumgart avait bien mieux rendu compte de la tension entre fondation princière et autonomie universitaire, évoquée ici fugitivement à l’occasion de la condamnation par les théologiens de la consécration de son fils comme évêque d’Halberstadt.

Le seul axe quelque peu problématisé de cette étude laisse également le lecteur averti dubitatif: l’auteur entend démontrer que la Réforme n’a pas périmé l’humanisme à Helmstedt, ce que Baumgart avait déjà largement souligné, mais, contrairement à lui, il en vient ce faisant à minorer l’aspect fortement confessionnel de cette création universitaire et le potentiel de conflit entre les deux sources d’inspiration de l’enseignement, l’héritage chrétien réformé et l’antiquité classique. Bien obligé de parler tout de même de la querelle d’Hofmann, qui déchire l’université entre théologiens orthodoxes et philosophes dans les années 1590 et 1600 (soit hors période), il n’en tire aucune conclusion logique, et conclut paradoxalement ce chapitre par l’affirmation que le duc n’avait nommé que des théologiens »civilisés« au sens de l’humaniste Érasme. C’est ici que l’on voit que la limitation du champ chronologique de l’étude au règne de Julius, soit 14 ans de vie de l’Academia Julia de 1576 à 1589, est non seulement peu pertinente à l’échelle de l’histoire universitaire mais aussi en totale contradiction avec ce que l’auteur veut démontrer: c’est sous le règne suivant (Heinrich Julius 1589–1613) que la faculté de philosophie devient réellement un phare de l’humanisme tardif en Allemagne notamment grâce au recrutement de l’helléniste Johannes Caselius, que son père n’avait jamais pu obtenir. Tandis qu’aucune personnalité marquante de l’humanisme (Reiner Reineccius et Heinrich Meibom restent des figures de second rang) n’a figuré dans le corps professoral sous Julius qui a nommé en revanche des théologiens qui se sont distingués comme luthériens orthodoxes et censeurs impitoyables des philippistes et des philosophes (Tileman Heshusius, Basilius Satler, Daniel Hofmann). Malgré quelques remontrances ducales passagères, ce parti orthodoxe reste dominant à l’université jusqu’au début de la guerre de Trente Ans dans la région (soit jusqu’en 1625 environ et non pas 1601 comme affirmé page 82). C’est seulement ensuite, grâce à la montée en grâce du théologien Georg Calixt, ancien élève de Caselius, favorable aux humanistes, que l’on voit la tradition melanchthonienne l’emporter totalement à Helmstedt, y compris à la faculté de théologie. Il y a donc, dans cette assimilation de l’Academia Julia naissante à l’humanisme, une forte erreur de perspective sinon un biais téléologique. Mais sans doute faudrait-il définir aussi plus précisément ce que l’on entend par humanisme, l’auteur en ayant visiblement une conception extensive se confondant parfois avec sens pratique et ouverture au monde.

À la décharge de Michael Maaser, on peut assurément alléguer que ce travail souffre d’avoir attendu huit ans pour être livré à la publication alors que l’historiographie des universités allemande de la période moderne a connu une renouvellement considérable dans la dernière décennie. Mais sans doute était-il déjà, à l’époque de sa gestation, d’une approche dépassée et trop critiquable sur le plan méthodologique pour emporter l’adhésion. On lui préfèrera l’ouvrage de Richard Kirwan dont on a rendu compte ici 3 , ou tout simplement les travaux antérieurs et le catalogue d’exposition déjà évoqués.

1 Jens Bruning, Ulrike Gleixner (dir), Das Athen der Welfen: die Reformuniversität Helmstedt 1576–1810. Ausstellung in der Herzog-August-Bibliothek Wolfenbüttel vom 7. Februar bis 29. August 2010, Wolfenbüttel 2010.

2 Peter Baumgart, Universitäten im konfessionellen Zeitalter. Gesammelte Beiträge, Münster 2006.

3 Richard Kirwan, Empowerment and Representation at the University in Early Modern Germany: Helmstedt and Würzburg, 1576–1634, Wiesbaden 2009. Francia-Recensio 2010/4.

Lizenzhinweis: Dieser Beitrag unterliegt der Creative-Commons-Lizenz Namensnennung-Keine kommerzielle Nutzung-Keine Bearbeitung (CC-BY-NC-ND), darf also unter diesen Bedingungen elektronisch benutzt, übermittelt, ausgedruckt und zum Download bereitgestellt werden. Den Text der Lizenz erreichen Sie hier: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/3.0/de

PSJ Metadata
Jean-Luc Le Cam
M. Maaser, Humanismus und Landesherrschaft (Jean-Luc Le Cam)
CC-BY-NC-ND 3.0
Frühe Neuzeit (1500-1789)
Deutschland / Mitteleuropa allgemein
Bildungs-, Wissenschafts-, Schul- und Universitätsgeschichte
16. Jh.
2051813-4 118558714 4020517-4
1575-1589
Academia Julia (2051813-4), Julius Braunschweig-Wolfenbüttel, Herzog (118558714), Geschichte (4020517-4)
PDF document maaser_le-cam.doc.pdf — PDF document, 115 KB
M. Maaser, Humanismus und Landesherrschaft (Jean-Luc Le Cam)
In: Francia-Recensio 2012/1 | Frühe Neuzeit - Revolution - Empire (1500-1815)
URL: https://prae.perspectivia.net/publikationen/francia/francia-recensio/2012-1/FN/maaser_le-cam
Veröffentlicht am: 18.04.2012 15:20
Zugriff vom: 17.01.2020 19:40
abgelegt unter: