Direkt zum Inhalt | Direkt zur Navigation

S. Neitzel, H. Welzer, Soldaten (Jean-Luc Leleu)

Francia-Recensio 2011/4 19./20. Jahrhundert – Histoire contemporaine

Sönke Neitzel, Harald Welzer, Soldaten. Protokolle vom Kämpfen, Töten und Sterben, Frankfurt a. M. (S. Fischer) 2011, 520 p., ISBN 978-3-10-089434-2, EUR 22,95.

rezensiert von/compte rendu rédigé par

Jean-Luc Leleu, Caen

Mis à jour à la fin des années 1990 dans les archives britanniques, les protocoles d’écoutes clandestines menées par les services alliés sur les détenus de l’Axe tout au long de la Seconde Guerre mondiale se révèlent d’une extrême richesse par leur contenu et par leur volume (au total 150 000 pages de retranscriptions et d’informations conservées dans les archives britanniques et américaines). De fait, plus de 15 000 prisonniers de l’Axe (très majoritairement allemands) ont été espionnés pendant des durées variables allant de quelques jours à près de trois ans.

Projetée dès 1918 par les Britanniques et reprise par le ministère de la guerre en mars 1939 en prévision d’une nouvelle guerre, l’idée était d’acquérir par ce biais des renseignements plus nombreux et plus fiables que ceux qu’étaient susceptibles d’apporter les interrogatoires classiques.

Plus de soixante-dix ans après le début du conflit, cette source est à tout point de vue remarquable par son homogénéité et sa richesse pour les chercheurs en sciences humaines et sociales. Depuis plusieurs années, une équipe interdisciplinaire dirigée par l’historien Sönke Neitzel et le psychologue social Harald Welzer s’est attachée à l’exploiter de manière méthodique, ce qui a déjà donné lieu à l’édition d’extraits de protocoles 1 , au lancement de toute une série de travaux universitaires de 3 e cycle et, parallèlement à ce présent ouvrage, à la récente publication des premiers résultats obtenus 2 .

Écrit à quatre mains, cet ouvrage offre un intérêt indéniable en présentant les regards croisés d’un historien et d’un psychologue sur cette source inestimable. De fait, le principal apport de ces protocoles n’est pas tant les renseignements qu’ils contiennent – même si, dans la masse, gisent quelques pépites – que l’accès qu’ils ouvrent dans l’univers des idées et des représentations des soldats de l’Axe écoutés et enregistrés à leur insu. Cet ouvrage est donc tout autant une histoire des mentalités qu’une approche – ici convaincante – sur le fonctionnement de l’homme en guerre en tant qu’instrument de violence.

Les auteurs l’ont conçu de manière didactique, s’attachant tout d’abord à présenter le cadre politique et social général dans lequel ces soldats évoluaient, avant d’offrir une analyse thématique des sujets abordés (ou au contraire laissés de côté) dans leurs conversations, en tentant in fine de déterminer ce qui, dans leurs comportements, relevait du national-socialisme de ce qui relevait de la banalité de la nature humaine plongée dans un univers de violence. À cette fin, des comparaisons sont établies au fil de l’étude avec les soldats américains engagés au Vietnam ou ceux de l’OTAN déployés en Afghanistan ou en Irak, avec en dernier ressort un paragraphe démontrant la similitude des comportements violents – le plus souvent conditionnés par les préjugés culturels, la classification mentale binaire ami/ennemi, ou plus simplement encore par réflexe.

L’un des principaux mérites de cet ouvrage est ainsi de bousculer un cadre de pensée trop conformiste qui réduit au seul paramètre idéologique l’exercice de la violence extrême. Ce faisant, c’est oublier un peu vite que les individus évoluant dans un cadre démocratique sont susceptibles d’agir de façon semblable. L’éthique du »travail bien fait« s’applique tout autant à l’univers guerrier des militaires – fussent-ils des conscrits mobilisés sous les drapeaux – qu’au monde civil où l’individu cherche à mener à bien les tâches qui lui sont confiées dans son cadre professionnel. Le langage distancié de ces hommes face aux violences qu’ils rapportent reflète »la brutalité, la dureté et la froideur de la guerre« (p. 12), ce qui distingue leurs propos de notre univers de pensée.

L’ouvrage n’est certes pas exempt de toute critique. Si les attitudes des individus écoutés sont bien analysées (volonté de mettre leur action en valeur; nécessité pour eux de rendre leur récit intéressant pour captiver leur auditoire, quitte à exagérer ou à inventer les faits rapportés; discussions à bâtons rompus où les sujets sont évoqués pêle-mêle; versatilité des opinions d’un individu capable de s’adapter à son interlocuteur afin d’éviter une confrontation des points de vue), les auteurs font totalement l’impasse sur l’évolution des hommes au cours de leur captivité, alors que leur état d’esprit tend fréquemment à se modifier et que le passage du statut de combattant à celui de captif n’est pas sans influer sur leur état d’esprit. Par ailleurs, il n’est guère tenu compte du filtre opéré par les services de renseignements britanniques qui ont transcrit ce qui les intéressait, sans se soucier de satisfaire la curiosité des historiens futurs – comme le soulignent d’ailleurs les auteurs. On peut ainsi imaginer que les conversations autour des familles, des épouses ou des fiancées n’ont pas donné lieu à des retranscriptions. Si tel avait été le cas, elles auraient peut-être modifié certaines des conclusions. Enfin, quelques références supplémentaires en psychologie sociale auraient été les bienvenues pour étayer certaines thèses des auteurs.

Ces réserves exprimées, il reste à saluer un ouvrage très stimulant.

1 Neitzel Sönke, Abgehört. Deutsche Generäle in britischer Kriegsgefangenschaft 1942–1945, Berlin 2005.

2 Welzer Harald, Neitzel Sönke, Gudehus Christian (Hg.), Der Führer war wieder viel zu human, viel zu gefühlvoll. Der Zweite Weltkrieg aus der Sicht deutscher und italienischer Soldaten, Frankfurt a. M. 2011.

Lizenzhinweis: Dieser Beitrag unterliegt der Creative-Commons-Lizenz Namensnennung-Keine kommerzielle Nutzung-Keine Bearbeitung (CC-BY-NC-ND), darf also unter diesen Bedingungen elektronisch benutzt, übermittelt, ausgedruckt und zum Download bereitgestellt werden. Den Text der Lizenz erreichen Sie hier: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/3.0/de

PSJ Metadata
Jean-Luc Leleu
S. Neitzel, H. Welzer, Soldaten (Jean-Luc Leleu)
CC-BY-NC-ND 3.0
Zeitgeschichte (1918-1945)
Deutschland / Mitteleuropa allgemein
Militär- und Kriegsgeschichte
1940 - 1949
4064995-7 4020832-1 4033151-9 4077349-8 4055409-0 4055891-5 4064317-7 4079167-1
1939-1945
Deutschland / Wehrmacht (4064995-7), Gewalt (4020832-1), Kriegsverbrechen (4033151-9), Selbstbild (4077349-8), Soldat (4055409-0), Sozialpsychologie (4055891-5), Wahrnehmung (4064317-7), Weltkrieg 1939-1945 (4079167-1)
PDF document neitzel_leleu.doc.pdf — PDF document, 95 KB
S. Neitzel, H. Welzer, Soldaten (Jean-Luc Leleu)
In: Francia-Recensio 2012/1 | 19./20. Jahrhundert - Histoire contemporaine
URL: https://prae.perspectivia.net/publikationen/francia/francia-recensio/2012-1/ZG/neitzel_leleu
Veröffentlicht am: 18.04.2012 15:45
Zugriff vom: 17.01.2020 19:43
abgelegt unter: