Direkt zum Inhalt | Direkt zur Navigation

    G. Ammerer, I. Hannesschläger, J. P. Niederkorn, W. Wüst, Höfe und Residenzen geistlicher Fürsten (Philippe Saudraix)


    Francia-Recensio 2012/2 Frühe Neuzeit – Revolution – Empire (1500–1815)

    Gerhard Ammerer, Ingonda Hannesschläger, Jan P. Niederkorn, Wolfgang Wüst (Hg.), Tobias Riedl, Jutta Baumgärtner (Red.), Höfe und Residenzen geistlicher Fürsten. Strukturen, Regionen und Salzburgs Beispiel in Mittelalter und Neuzeit. Ergebnisse der internationalen und interdisziplinären Tagung in der Salzburger Residenz, 19.–22. Februar 2009, Ostfildern (Jan Thorbecke Verlag) 2010, 552 S. (Residenzenforschung, 24), ISBN 978-3-7995-4527-3, EUR 70,00.

    rezensiert von/compte rendu rédigé par

    Philippe Saudraix, Paris

    Publication des actes du colloque de Salzbourg (19–22 février 2009), le présent ouvrage offre une série d’articles sur les principautés ecclésiastiques du Saint-Empire, à l’exclusion des principautés abbatiales, principalement sous l’angle de l’histoire politique et culturelle et à partir de l’exemple de la principauté archiépiscopale de Salzbourg. L’initiative doit d’autant plus être saluée que sur ce sujet, nos connaissances souffrent de lacunes dues à la trop grande présence des paradigmes des Lumières et de l’État-nation dans l’historiographie de la période moderne. Les communications sont regroupées en trois grandes parties: aspects structurels, des exemples régionaux et, enfin, le cas de Salzbourg.

    La partie consacrée aux structures évoque tout d’abord différentes façons de légitimer le pouvoir des princes évêques. Wolfgang E. J. Weber commence par rappeler qu’il existe une réflexion politique à Salzbourg, comme le montrent les liens attestés entre Botero et l’archevêque Raitenau, ou encore la publication d’ouvrages de théorie politique à Salzbourg. Ce n’est toutefois pas le moyen essentiel de la légitimation du pouvoir: la culture de la mémoire est importante quant à la légitimation du pouvoir pontifical ou épiscopal (Andreas Sohn). Ajoutons à cela que la période qui suit le concile de Trente voit l’affirmation du pouvoir non seulement spirituel, mais aussi temporel, des princes évêques (Werner Freitag). Enfin, les panégyriques épiscopaux sont autant de miroirs de prince, mettant en valeur la piété comme principale vertu du prince catholique (Stefan W. Römmelt).

    Cependant, il serait réducteur de s’en tenir seulement à cette légitimation du pouvoir des princes évêques. Celui-ci ne s’exerce en effet que dans des conditions concrètes qui ne lui sont pas toujours favorables. Le principal problème qui se pose ici est celui des relations entre le prince évêque et le chapitre cathédral qui, depuis le concordat de Worms (1122), est de fait corégent de la principauté épiscopale et qui tente à limiter le pouvoir des princes évêques (Franz Brendle). Ceci est d’autant plus important que les chanoines participent au gouvernement temporel d’États ecclésiastiques dont les possessions territoriales sont généralement discontinues: cela profite au développement de l’administration centrale (Wolfgang Wüst). La complexité des aspects politiques est également due au fait que les princes évêques doivent concilier leurs relations avec un chapitre dont ils sont généralement issus, leurs ambitions individuelles et leur appartenance à une dynastie: dans le cas des Wettin avant la Réforme, cela est allé jusqu’au conflit (Brigitte Streich).

    En dépit des difficultés qui sont les leurs, les princes évêques ont une importance indéniable, dont témoigne la façon dont ils embellissent leurs résidences. Giovanni Dellantonio rappelle ainsi que les princes évêques de Trente possèdent toute une constellation de palais. À Salzbourg, le prince évêque Raitenau (1559–1617) mène une politique culturelle considérable, fondée sur les grands chantiers romains qu’il a connus lors de ses études au Collège germanique (Eckhard Leuschner). De son côté, le prince évêque d’Olmütz, le comte von Liechtenstein-Castelcorn (1623–1695), se constitue de grandes collections de tableaux et de livres (Lubomír Slaviček). En la matière, les princes évêques développent une collection qui leur est propre, celle de trésors sacrés dans les résidences épiscopales, le trésor sacré de la cathédrale étant, quant à lui, sous la responsabilité du chapitre (Carola Fey). Enfin, la liturgie est une façon de donner une identité à chaque cour ecclésiastique. C’est en raison de ce constat que Meta Niederkorn-Bruck retrace le développement de la musique sacrée, mais en dépit de son intérêt, sa communication est de fait hors-sujet, puisque cela n’est en rien propre aux principautés ecclésiastiques!

    La deuxième grande partie de cet ouvrage est consacrée à des études régionales: ces monographies permettent de mieux saisir les aspects généraux de la première partie. Tout d’abord, Barbara Marx évoque la rivalité dynastique qui oppose l’électeur de Saxe, Frédéric le Sage (1463–1525), et l’archevêque de Magdebourg, le cardinal Albert de Brandebourg (1490–1545). Celle-ci passe par une concurrence dans la collection de reliques, respectivement à Wittenberg et à Halle. Puis, Sylvia Schraut consacre un article à la chevalerie immédiate d’Empire, dont on sait à quel point elle est liée à l’Église d’Empire. Dans un troisième temps, Klaus Brandstätter évoque la façon dont les Habsbourg sont parvenus à contrôler les principautés épiscopales de Brixen et de Trente, afin de mieux garder la frontière méridionale de l’Empire et de leurs États patrimoniaux. À l’autre extrémité de l’espace du Saint-Empire, Werner Buchholz montre ce que sont devenues les résidences ecclésiastiques septentrionales après la Réforme: toutes ne sont pas sécularisées, mais leur gouvernement est généralement confié à un administrateur laïc et à un chapitre collégial. De ce point de vue, la véritable rupture n’est pas la Réforme, mais la guerre de Trente Ans, qui entraîne des sécularisations massives, à la notable exception de Lübeck, qui obtient le statut de principauté ecclésiastique luthérienne. Un autre cas à la marge est évoqué, celui de Saverne, résidence des Rohan, princes évêques de Strasbourg de 1704 à 1791 (Claude Müller): à cette époque, Saverne a surtout pour but de montrer la puissance de l’évêque français de Strasbourg, lequel est en même temps grand aumônier de France et partage sa vie entre Versailles et l’Alsace. Enfin, une dernière monographie est consacrée à Paderborn: en étudiant les relations entre le gouvernement épiscopal et le Magistrat chargé de l’administration communale, Frank Göttmann montre l’intégration des élites communales dans l’administration princière, ce qui interdit de conclure à une opposition radicale entre la cour princière et la ville des bourgeois.

    La troisième grande partie des actes de ce colloque revient sur le lieu où celui-ci s’est tenu, la principauté épiscopale de Salzbourg. Différents aspects sont évoqués: la constitution de la principauté depuis l’époque carolingienne jusqu’au XIII e siècle, en lien avec l’érection de forteresses permettant de contrôler les cols alpins (Patrick Schicht); l’état de la cour de Salzbourg vers 1600 (Gerhard Ammerer, Katharina Karin Mühlbacher); la galerie des cartes du prince évêque von Raitenau (Lisa Roemer); l’appartement de parade du prince évêque, le comte Harrach (1709–1727), dont l’inspiration Habsbourg est évidente (U. Seeger); l’état présent des recherches sur la résidence de Salzbourg (Norbert M. Grillitsch, Roswitha Juffinger, Walter Schlegel, Imma Walderdorff); les funérailles baroques des princes évêques de Salzbourg (Christoph Brandhuber); la chapelle domestique de l’archevêque Friedrich, prince de Schwarzenberg (1809–1885) (Ingonda Hannesschläger).

    Au total, ce recueil offre un exemple stimulant d’une recherche qui va à contre-courant de près de deux siècles d’une historiographie qui, par idéologie, refusait tout simplement de tenir compte de cet aspect aussi étonnant qu’important de l’histoire du Saint-Empire, l’existence de principautés ecclésiastiques, où le prince évêque voit réunis dans ses mains les deux pouvoirs temporel et spirituel et où la chevalerie immédiate d’Empire joue un rôle décisif, par sa présence dans les chapitres cathédraux. Les actes du colloque de Salzbourg appellent à des études plus approfondies de cette histoire qui reste largement inconnue: l’on ressent ainsi le besoin d’une analyse sérieuse des institutions, du gouvernement et de l’administration de ces principautés épiscopales. Cela ne peut se faire que par une monographie tenant compte des ambitions dynastiques, des intérêts fonciers, des relations entre l’évêque, les chanoines de la cathédrale et les bourgeois des villes des principautés épiscopales: l’on saurait alors comment fonctionne une principauté épiscopale et comment vivent les chanoines de l’Empire.

    Lizenzhinweis: Dieser Beitrag unterliegt der Creative-Commons-Lizenz Namensnennung-Keine kommerzielle Nutzung-Keine Bearbeitung (CC-BY-NC-ND), darf also unter diesen Bedingungen elektronisch benutzt, übermittelt, ausgedruckt und zum Download bereitgestellt werden. Den Text der Lizenz erreichen Sie hier: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/3.0/de

    PSJ Metadata
    Philippe Saudraix
    G. Ammerer, I. Hannesschläger, J. P. Niederkorn, W. Wüst, Höfe und Residenzen geistlicher Fürsten (Philippe Saudraix)
    CC-BY-NC-ND 3.0
    Frühe Neuzeit (1500-1789), Frühes Mittelalter (600-1050), Hohes Mittelalter (1050-1350), Neuzeit / Neuere Geschichte (1789-1918), Spätes Mittelalter (1350-1500)
    Europa, Österreich und Liechtenstein
    Kultur- und Mentalitätsgeschichte, Siedlungs-, Stadt- und Ortsgeschichte
    Mittelalter, Neuzeit bis 1900
    4015701-5 4076982-3 4043271-3 4156371-2 4122200-3 4177837-6
    785-1885
    Europa (4015701-5), Salzburg (4076982-3), Österreich (4043271-3), Geistlicher Fürst (4156371-2), Höfische Kultur (4122200-3), Residenzstadt (4177837-6)
    PDF document ammerer_saudraix.doc.pdf — PDF document, 96 KB
    G. Ammerer, I. Hannesschläger, J. P. Niederkorn, W. Wüst, Höfe und Residenzen geistlicher Fürsten (Philippe Saudraix)
    In: Francia-Recensio 2012/2 | Frühe Neuzeit - Revolution - Empire (1500-1815)
    URL: https://prae.perspectivia.net/publikationen/francia/francia-recensio/2012-2/FN/ammerer_saudraix
    Veröffentlicht am: 20.07.2012 13:30
    Zugriff vom: 20.01.2020 15:25
    abgelegt unter: