Direkt zum Inhalt | Direkt zur Navigation

    F. Abbott, Des comptes d’apothicaires (Michel Balard)

    Francia-Recensio 2013/2 Mittelalter – Moyen Âge (500–1500)

    Fanny Abbott, Des comptes d’apothicaires. Les épices dans la comptabilité de la Maison de Savoie (XIV e et XV e s.), Lausanne (Université de Lausanne) 2012, 210 p. (Cahiers lausannois d’histoire médiévale, 51), ISBN 978-2-940110-64-3, CHF 36,00.

    rezensiert von/compte rendu rédigé par

    Michel Balard, Paris

    L’histoire de l’alimentation, balbutiante dans les années 1970, a connu un bel essor dans les dernières décennies. Les travaux de Jean-Louis Flandrin, de Massimo Montanari et plus récemment de Bruno Laurioux et d’Irma Naso, pour ne citer que quelques-uns des plus éminents spécialistes, ont attiré l’attention sur les goûts et les pratiques alimentaires, sur les livres de cuisine aussi bien que sur les traités des marchands ou sur les comptabilités qui permettent d’évaluer quantité et prix des denrées consommées.

    C’est à ce type de source que s’attache l’étude de Fanny Abbott, fondée sur trois documents inédits des Archives d’État de Turin: les comptes d’un apothicaire Jean Marci de Valdetario, gestionnaire du stock épicé du comte de Savoie (1338–1342), les comptes de l’hôtel du duc Amédée VIII de Savoie (1422–1423) et les comptes de l’hôtel du prince de Piémont et du comte de Bagé (1425–1426), enfants du duc, pour lesquels une comptabilité particulière a été tenue lors de leurs périodes d’éloignement de la cour ducale. Ce choix, dicté par la nature des sources conservées permet d’étudier l’évolution de la consommation, la composition des achats et les prix des épices entrant dans le régime alimentaire de la cour de Savoie. Il faut toutefois noter la disparité des deux catégories de sources: d’un côté, un compte de stock qui ne permet guère d’évaluer prix et consommation; de l’autre, deux comptabilités journalières faisant état des achats réalisés pour les deux hôtels, donc des quantités d’épices commandées et de leurs prix. L’auteur fait un rapprochement très juste entre ces comptabilités et le contenu du traité culinaire écrit dans les années 1420 par maître Chiquart, cuisinier du duc Amédée VIII de Savoie: les recettes théoriques peuvent ainsi être comparées à la réalité des consommations qui ressort des livres comptables.

    Le compte d’épices du XIV e siècle met en valeur la diversité du stock constitué pour l’hôtel du comte de Savoie – il ne porte pas encore le titre ducal en 1338–1342: à la fois de grosses épices avec une domination nette du gingembre, de la cannelle et du poivre, et de menues épices parmi lesquelles maître Chiquart range le sucre et le safran qui disputent le premier rang aux grosses épices dans le réapprovisionnement de l’hôtel. Les quantités sont considérables, puisque le stock comprend 670 kg de sucre, 350 kg de gingembre, 300 kg de poivre, 120 kg de cannelle et 40 kg de safran. L’auteur remarque, comme l’avait déjà noté Bruno Laurioux, que le poivre, devenu trop commun dans la France de la fin du Moyen Âge, n’est plus en Savoie au premier rang des consommations épicées.

    La même hiérarchie se retrouve dans les deux comptes d’hôtels du XV e siècle, à cette différence près que l’alimentation des fils du duc semble moins somptueuse, donc moins riche en épices, que celle de leur père. Les achats mettent au premier plan le gingembre, puis le sucre, la cannelle, le safran et le poivre, qui ne vient qu’au 5 e rang des dépenses (12,1% contre 19,2% pour le gingembre). Ils sont effectués dans les villes où séjourne la cour ducale, Genève, Chambéry, Bourg-en-Bresse ou bien dans une métropole importatrice comme Gênes, d’autant plus que l’apothicaire de la cour, Jean Marci de Valdetario, est, comme son nom l’indique, d’origine ligure. Parmi toutes ces épices, le safran est de loin la plus chère, six fois plus que le poivre, quatre fois plus que la cannelle ou la graine de paradis.

    Deux autres conclusions résultent de cette étude: la part des épices dans les dépenses de l’hôtel ducal ne dépasse pas 3%, bien que la consommation en soit quotidienne et particulièrement importante lors d’événements exceptionnels comme les funérailles de la duchesse Marie de Bourgogne en mars 1423. D’autre part, la consommation évolue d’un siècle à l’autre: si les cinq épices majeures demeurent, en revanche la cardamome, le cubèbe, le cumin, le macis et le zédoaire, cités dans le compte du XIV e siècle, ont disparu dans les achats de l’hôtel des années 1420. Effet de mode? Cherté des menues épices? L’auteur ne se prononce pas.

    L’édition du compte d’épices du XIV e siècle, des notices descriptives des produits cités, des tableaux récapitulatifs des achats et un panorama des déplacements de la cour ducale de Savoie viennent compléter l’ouvrage. Il est à souhaiter qu’après la table pontificale d’Avignon et la table ducale de Savoie, de nouvelles études viennent illustrer les goûts et les pratiques alimentaires d’autres milieux, tout en sachant que la composition de la table des humbles nous échappera toujours, en raison de la nature des sources.

    Lizenzhinweis: Dieser Beitrag unterliegt der Creative-Commons-Lizenz Namensnennung-Keine kommerzielle Nutzung-Keine Bearbeitung (CC-BY-NC-ND), darf also unter diesen Bedingungen elektronisch benutzt, übermittelt, ausgedruckt und zum Download bereitgestellt werden. Den Text der Lizenz erreichen Sie hier: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/3.0/de

    PSJ Metadata
    Michel Balard
    F. Abbott, Des comptes d’apothicaires (Michel Balard)
    CC-BY-NC-ND 3.0
    Spätes Mittelalter (1350-1500)
    Frankreich und Monaco
    Sozial- und Kulturgeschichte
    14. Jh., 15. Jh.
    4051850-4 4002466-0 4020934-9 4132625-8
    1300-1500
    Savoyen (4051850-4), Apotheke (4002466-0), Gewürzpflanzen (4020934-9), Rechnungsbuch (4132625-8)
    PDF document abbott_balard.doc.pdf — PDF document, 91 KB
    F. Abbott, Des comptes d’apothicaires (Michel Balard)
    In: Francia-Recensio 2013/2 | Mittelalter - Moyen Âge (500-1500)
    URL: https://prae.perspectivia.net/publikationen/francia/francia-recensio/2013-2/MA/abbott_balard
    Veröffentlicht am: 21.06.2013 09:55
    Zugriff vom: 07.08.2020 14:56
    abgelegt unter: