Direkt zum Inhalt | Direkt zur Navigation

C. Hikel, Sophies Schwester (Brigitte Krulic)

Francia-Recensio 2013/2 19./20. Jahrhundert – Histoire contemporaine

Christine Hikel, Sophies Schwester. Inge Scholl und die Weiße Rose, München (Oldenbourg) 2013, VII–278 S., 7 Abb. (Quellen und Darstellungen zur Zeitgeschichte, 94), ISBN 978-3-486-71718-1, EUR 29,80.

rezensiert von/compte rendu rédigé par

Brigitte Krulic, Nanterre

Cet ouvrage, issu d’une thèse de doctorat récente, ne constitue pas une nouvelle étude sur le mouvement de résistance de » La Rose blanche « : il se présente tout à la fois comme une biographie intellectuelle d’Inge Scholl, la » sœur de Sophie « (et de Hans) et une analyse à visée historiographique des modalités et étapes par lesquelles la mémoire des étudiants exécutés le 22 février 1943 s’est constituée et des débats qui les ont accompagnées.

On y trouve les caractères constitutifs d’une thèse: exploitation des archives (les papiers d’Inge Scholl, accessibles depuis 2005 à l’Institut für Zeitgeschichte à Munich ont été intégrés aux sources), » état de la recherche « , bibliographie détaillée, définition d’objectifs scientifiques (apporter une contribution originale à l’historiographie de la Rose blanche, aux modalités concrètes et enjeux théoriques de la Vergangenheitsbewältigung et de la formation de la culture politique de la RFA).

L’ouvrage adopte une présentation tout à la fois chronologique et thématique: les grandes étapes de la vie d’Inge Scholl (1917–1998) sont analysées sous l’angle de la constitution de la mémoire de la Rose Blanche. Le découpage en chapitres correspond à ces étapes. C’est ainsi que sont retracées ses années de formation sous le » III e Reich « , la découverte brutale des activités de résistance de son frère et de sa sœur au moment de leur arrestation et de leur exécution; la première ébauche d’une mémoire familiale hagiographique imprégnée de religiosité met l’accent sur la valeur rédemptrice du sacrifice ( » Erinnerungen an München « , texte rédigé par Inge Scholl en 1944–1945).

Certaines caractéristiques de la constitution de cette mémoire se dessinent dès la fin de la guerre, alors que la reconstitution des activités de résistance, des procès et de l’exécution des membres de la Rose blanche se heurte à des zones d’ombre et à l’absence de documents autres que les dossiers de la Gestapo et du tribunal: la difficulté de tracer les frontières entre privé et public; les modalités et enjeux des rapports de » concurrence « dans l’identification et la hiérarchisation des acteurs de la politique mémorielle (rôle des familles et leurs relations entre elles, distinctions difficiles quant à l’importance des différents membres de la Rose blanche) ainsi que des institutions partenaires; enfin, la constitution des archives (sur quelles bases?). L’auteur montre pourquoi la mémoire de la Rose blanche a pu s’implanter rapidement dans l’espace public; l’inflexion donnée par Inge Scholl pour ancrer les résistants munichois, par-delà la tragique parenthèse du nazisme, dans la continuité de la culture allemande et les valeurs du Bildungsbürgertum (p. 47et suiv.), du christianisme et des guerres de libération contre Napoléon assure le caractère » inattaquable « de leur résistance par opposition à celle, plus problématique et donc plus tardivement reconnue, des conjurés du 20 juillet 1944.

Inge Scholl, sœur, témoin, fondatrice et gardienne des archives familiales et actrice du » miracle démocratique « d’après-guerre (elle fonde et dirige à partir de 1946 la Volkshochschule d’Ulm) illustre la volonté de » rééducation « spirituelle et morale de l’Allemagne. La cohérence de son engagement politique et moral est explicitée: à la fin des années 1970, Inge Scholl justifie son engagement aux côtés des opposants à l’installation des fusées Pershing par sa fidélité aux valeurs de la Rose blanche qui, dans son optique, coïncident avec celles de la RFA: » engagement local, individuel, solidaire, qui n’est pas lié à des partis ou des institutions, mais à des valeurs morales imprescriptibles « (p. 211).

Les périodes de latence et de revitalisation qui caractérisent les phénomènes de mémoire sont clairement différenciées, grâce au croisement déjà souligné entre perspectives chronologique et thématique: l’ouvrage d’Inge Scholl » La Rose blanche « (1952) consacre l’appellation de » Rose blanche « , reprise des premiers tracts, alors que les termes de » révolte « ou » soulèvement des étudiants « avaient jusqu’alors prévalu (p. 128); il connaît un grand succès manifesté par de nombreuses rééditions. L’accent mis sur les valeurs de » liberté « correspond à la volonté, centrale dans la culture politique des années 1950, de se démarquer par rapport au nazisme mais aussi à la RDA.

Des analyses détaillées sont consacrées aux modalités concrètes du travail de mémoire. L’auteur aborde la constitution et la légitimation d’un savoir où le rôle des archives, lieu et institution où les documents sont sélectionnés, triés, classés, hiérarchisés, est crucial; elle expose les difficultés d’accès aux archives de la Gestapo et du Volksgerichtshof dont un grand nombre était conservé en RDA (p. 88 et suiv.). Il faut citer aussi les cérémonies commémoratives (la première est célébrée le 4 novembre 1945), les débats soulevés par diverses publications sur le sujet: les phénomènes de » concurrence « entre les acteurs de la politique mémorielle expliquent les réticences des familles; par ailleurs, on s’interroge sur la légitimité de la » fiction « par rapport aux » faits « (voir p. ex. les réactions au roman d’Alfred Neumann » Es waren ihrer sechs « publié en RFA en 1947, p. 71 et suiv.). L’auteur retrace enfin les étapes de l’inscription mémorielle dans le paysage urbain de Munich, avec les noms de rues (p. 158 et suiv.), les plaques commémoratives, l’entretien des tombes; un chapitre entier est consacré à l’université (p. ex. aux débats qui ont entouré la reconstruction de la fameuse verrière d’où fut jeté le dernier tract).

Dans les années 1960, se dessine un tournant mémoriel dans lequel le mouvement de contestation étudiant joue un rôle important: la résistance portée par la Rose blanche est soumise à une relecture critique qui la décrit comme individualiste, purement morale, voire entachée d’amateurisme (p. 177 et suiv.), comme en témoigne » Studenten aufs Schafott. Die Weiße Rose und ihr Scheitern « , de Christian Petry (1968). Par ailleurs, le rôle des familles, entre » monopole du savoir, légitimité interprétative et perte de contrôle « (p. 60) se voit contesté par les historiens dès la fin des années 1960, lorsque la mémoire cède la place à l’histoire (p. 101 et suiv.; 196).

À la fin des années 1970, les travaux de l’Institut für Zeitgeschichte et le Bayern-Projekt conduit par Martin Broszat élaborent la distinction entre » Resistenz « et » Widerstand « (p. 219 et suiv.); les méthodes de la Oral History, la revalorisation de l’histoire du quotidien contribuent à une revitalisation de la mémoire de la Rose blanche dans les années 1980 (cf. le film de Michael Verhoeven « Die Weiße Rose « ) qui s’accompagne d’une réévaluation du rôle de Sophie Scholl; un phénomène d’institutionnalisation de la mémoire, y compris aux États-Unis, s’amorce alors (fondation en 1987 de la Weiße-Rose-Stiftung à Munich qui suit celle de la White Rose Foundation à Washington), création du Prix littéraire Geschwister-Scholl).

En conclusion: l’intérêt du lecteur ne faiblit pas tout au long de cet ouvrage qui vise moins à l’examen critique de la pertinence des cadres théoriques permettant d’appréhender les politiques mémorielles qu’à l’analyse des pratiques et des acteurs. Il constitue de ce fait un précieux apport à l’historiographie de la résistance allemande et à l’étude de la Vergangenheitsbewältigung , mais avec un changement de perspective par rapport à beaucoup de travaux publiés: l’accent n’est pas mis sur les crimes du nazisme, mais sur les résistants/victimes.

Lizenzhinweis: Dieser Beitrag unterliegt der Creative-Commons-Lizenz Namensnennung-Keine kommerzielle Nutzung-Keine Bearbeitung (CC-BY-NC-ND), darf also unter diesen Bedingungen elektronisch benutzt, übermittelt, ausgedruckt und zum Download bereitgestellt werden. Den Text der Lizenz erreichen Sie hier: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/3.0/de

PSJ Metadata
Brigitte Krulic
C. Hikel, Sophies Schwester (Brigitte Krulic)
CC-BY-NC-ND 3.0
Zeitgeschichte (1918-1945)
Deutschland / Mitteleuropa allgemein
Politikgeschichte, Theorie und Methode der Geschichtswissenschaften
1930 - 1939, 1940 - 1949, 20. Jh.
4011882-4 116272678 4020531-9 4200793-8 4065234-8
1945-1985
Deutschland (4011882-4), Scholl, Inge (116272678), Geschichtsschreibung (4020531-9), Kollektives Gedächtnis (4200793-8), Weiße Rose (4065234-8)
PDF document hikel_krulic.doc.pdf — PDF document, 130 KB
C. Hikel, Sophies Schwester (Brigitte Krulic)
In: Francia-Recensio 2013/2 | 19./20. Jahrhundert - Histoire contemporaine
URL: https://prae.perspectivia.net/publikationen/francia/francia-recensio/2013-2/ZG/hikel_krulic
Veröffentlicht am: 21.06.2013 17:20
Zugriff vom: 27.01.2020 01:43
abgelegt unter: