Direkt zum Inhalt | Direkt zur Navigation

I.-S. Kowalczuk, Stasi konkret (Anne-Marie Corbin)

Francia-Recensio 2013/3 19./20. Jahrhundert – Histoire contemporaine

Ilko-Sascha Kowalczuk, Stasi konkret. Überwachung und Repression in der DDR, München (C. H. Beck) 2013, 428 S., 34 Abb. (Beck’sche Reihe, 6026), ISBN 978-3-406-63838-1, EUR 17,95.

rezensiert von/compte rendu rédigé par

Anne-Marie Corbin, Paris

Dès sa parution, début 2013, cet ouvrage sur la Stasi , a fait parler de lui. Pourtant, Ilko-Sascha Kowalczuk traite d’un sujet bien connu à l’heure actuelle et documenté dans plus de 5000 ouvrages. L’histoire de la Stasi recouvre les activités de ce service secret qui voulait être » le bouclier et l’épée du parti « ( » Schild und Schwert der Partei « ) et qui devint pour l’opinion publique le symbole du contrôle systématique des citoyens dans un État dictatorial. Kowalczuk en fait l’historique, depuis sa création en 1950. Il montre bien qui étaient ses chefs, comment il fonctionnait. Mais il remet en cause le nombre de ses informateurs ( Informelle Mitarbeiter , IM), en estimant qu’ils auraient pu être moins nombreux qu’on ne l’admettait en règle générale. Kowalczuk est un historien qui travaille à Berlin aux archives de la Stasi , et ce sont ses collègues et son chef, Roland Jahn, qui ont lancé la controverse après s’être désolidarisés de ses thèses.

Son ouvrage commence par exposer les principes fondateurs du service secret et ses liens avec Moscou, dans une double mission de » Abwehr « et de » Aufklärung « , commune aux autres partis communistes. Il étudie également le rôle de la Stasi à l’époque de la dictature du SED et son évolution sous la direction de Honecker. La seconde moitié de l’ouvrage (quatre chapitres) est consacrée aux distinctions entre les différents fonctionnaires de la Stasi , à leur action à l’étranger, aux rapports avec les oppositionnels et à l’affrontement final au moment de la » révolution tranquille « .

L’objectif de Kowalczuk est de montrer ce que la Stasi a réellement accompli. En prenant comme point de départ des données objectives et des cas concrets, il veut se démarquer d’analyses qui minimiseraient ou exagèreraient son action. La Stasi n’était qu’un des éléments de la dictature du SED, le plus visible et le plus néfaste sans doute. L’auteur insiste sur la difficulté à évaluer en chiffres le nombre exact de ses membres. Il remet directement en cause les pratiques des chercheurs qui se seraient contentés de reprendre à leur compte les catégories rigides utilisées par la Stasi elle-même, bref de se voir imposer de l’extérieur leur approche. La nouvelle méthode qu’il préconise consiste à mieux replacer ces activités dans un contexte historique et à prendre des distances par rapport aux déclarations d’intention de ce service secret pour en mesurer également l’évolution au cours d’une quarantaine d’années. Il faudrait aussi échapper aux mythes créés par la Stasi et à sa diabolisation après 1989 pour faire le point sur ses véritables activités du temps de la RDA.

On comprend la levée de boucliers, les nombreuses tables rondes et podiums de discussion, suscités à la sortie de cet ouvrage, car Kowalczuk accuse, en fait, ses collègues de ne pas avoir réussi à effectuer un travail scientifique. Le concept de » guerre froide « lui semble aussi trop largement utilisé pour décrire cette période de l’histoire et engendrerait une focalisation excessive sur l’antagonisme entre les USA et l’URSS à une période où la globalisation aurait déjà joué un rôle majeur. L’auteur veut aussi mettre l’accent sur l’influence de personnalités, aussi bien du côté des acteurs que sur celui des victimes quant au devenir de la Stasi : en étudiant certains rapports des informateurs, il lui est apparu qu’Erich Mielke avait un caractère extrêmement violent qui avait pu donner le ton au cours de toutes les années où il avait dirigé cette organisation. Selon l’auteur, il faut aussi personnaliser davantage les victimes, souvent devenus des sujets agissant dans leurs démêlés avec la Stasi , et ne pas se contenter d’en faire des abstractions au comportement stéréotypé.

Depuis la parution de cet ouvrage, rien ne bouge encore aux archives de la Stasi . Cependant, dans une interview accordée au » Tagesspiegel « (25 février 2013), le directeur Roland Jahn réagit en disant qu’il est bon que les résultats de la recherche puissent être de temps en temps remis en cause par des collaborateurs des archives, ce qui garantit la liberté de la recherche et doit permettre d’avoir une vision plus différenciée et plus exacte du fonctionnement de l’appareil répressif étudié. Cette prise de position est particulièrement mesurée. En revanche, un collègue de l’auteur, Helmut Müller-Enbergs n’est pas prêt à admettre la nouvelle comptabilité de Kowalczuk, car c’est lui qui a établi le nombre de 189 000 informateurs informels au fil de ses recherches et qu’il ne peut admettre de le voir réduire. Un autre collègue, Christian Booß, estime que les nouveaux chiffres établis par Kowalczuk ne reposent pas sur des bases tangibles. Quant à Jens Gieseke du Zentrum für Zeithistorische Forschung Potsdam, il prône une remise en cause de l’importance exagérée accordée à l’action de la Stasi . Klaus Schroeder, le directeur du Forschungsverbund SED-Staat à la Freie Universität Berlin est sur une position similaire en soulignant l’importance de la prise de décision au SED. Kowalczuk s’accorde plus ou moins avec ces deux dernières appréciations quand il insiste sur le fait que les cas les plus médiatiques aient pu fausser l’ensemble des études, déformant une certaine approche des réalités et minimisant le rôle éminent de l’appareil du SED. En une formule lapidaire, il précise que la RDA ne reposait pas sur une » dictature de la Stasi « , mais sur une » dictature du SED « .

Il faut vraiment lire cet ouvrage, d’autant plus que l’auteur fait en sorte qu’il ne soit pas ennuyeux. Il sélectionne les » perles « , les anecdotes grotesques ou tragiques, met en valeur toute l’absurdité du système. On a rarement l’occasion de pénétrer à ce point dans les archives d’une police politique ou d’un service secret – ce qui pourrait résumer les deux missions, intérieure et extérieure, de la Stasi . Avec Ilko-Sascha Kowalczuk, on le fait du bon côté de la lorgnette.

Lizenzhinweis: Dieser Beitrag unterliegt der Creative-Commons-Lizenz Namensnennung-Keine kommerzielle Nutzung-Keine Bearbeitung (CC-BY-NC-ND), darf also unter diesen Bedingungen elektronisch benutzt, übermittelt, ausgedruckt und zum Download bereitgestellt werden. Den Text der Lizenz erreichen Sie hier: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/3.0/de

PSJ Metadata
Anne-Marie Corbin
I.-S. Kowalczuk, Stasi konkret (Anne-Marie Corbin)
CC-BY-NC-ND 3.0
Neuere Zeitgeschichte (1945-heute)
DDR, (1945-1990), SBZ, Nordostdeutschland
Politikgeschichte
20. Jh.
2065138-7 4027058-0 4056618-3
1949-1989
Deutschland DDR / Ministerium für Staatssicherheit (2065138-7), Innenpolitik (4027058-0), Staat (4056618-3)
PDF document kowalczuk_corbin.doc.pdf — PDF document, 111 KB
I.-S. Kowalczuk, Stasi konkret (Anne-Marie Corbin)
In: Francia-Recensio 2013/3 | 19./20. Jahrhundert - Histoire contemporaine
URL: https://prae.perspectivia.net/publikationen/francia/francia-recensio/2013-3/ZG/kowalczuk_corbin
Veröffentlicht am: 13.09.2013 10:35
Zugriff vom: 20.01.2020 16:41
abgelegt unter: