Direkt zum Inhalt | Direkt zur Navigation

S. Haffner, Considérations sur Hitler (Nicolas Patin)

Francia-Recensio 2014/4 19./20. Jahrhundert – Histoire contemporaine

Sebastian Haffner, Considérations sur Hitler. Traduit de l’allemand par Ole Hansen-Løve, avec la collaboration de Sylvie Taussig. Préface de Jean Lopez, Paris (Perrin) 2014, 215 p., ISBN 978-2-262-04381-0, EUR 17,90.

rezensiert von/compte rendu rédigé par
Nicolas Patin, Bordeaux

Le préfacier des »Considérations sur Hitler 1 « n’a pas tort de dépeindre Sebastian Haffner comme »emporté, émotif, provocateur, inclassable«. On pourrait en effet emprunter à Eric Hobsbawm son terme d’historien »franc-tireur« pour l’accoler à celui qui, pour beaucoup, au moins en France, reste l’auteur de »l’Histoire d’un allemand«, mémoires publiées tardivement en 2000. Journaliste durant son exil en Angleterre, puis rédacteur en Allemagne pour »Die Welt«, capable des revirements les plus radicaux, Haffner est de cette génération – celle d’Ernst von Salomon, né en 1902 – qui n’a pas fait la Première Guerre mondiale mais en a subi l’influence, avant de connaître la chute de Weimar, le Reich, la Seconde Guerre mondiale et la division allemande. Et s’il ne partage pas les options politiques conservatrices de ce dernier, il tient, comme l’écrivain du »Questionnaire«, une place importante dans le rapport des Allemands à leur passé. Son livre sur Hitler, écrit en 1978, est celui qui, dans son œuvre, eut le retentissement le plus important.

Que ce livre, écrit il y a maintenant plus de trente ans, comporte un nombre important d’erreurs n’est pas pour surprendre: il repose sur l’historiographie telle qu’elle était avant l’ouverture des archives soviétiques et les révisions importantes qui lui ont succédé. Haffner cite rarement ses sources, mais quand il le fait, elle renvoie à des ouvrages aujourd’hui classiques, mais vieillis: Joachim Fest (p. 65), Eberhard Jäckel (p. 107) ou encore Fritz Fischer (p. 94). Ce n’est donc pas dans un éclairage factuel qu’il faut chercher l’intérêt de l’ouvrage. Car le terme de »Considérations« – »Anmerkungen« en allemand, que l’on peut aussi traduire plus légèrement par »Remarques« – résume bien la tentative de Haffner: écrire un essai percutant et polémique sur Hitler. C’est cette liberté de ton qui, couplée à une rigueur intellectuelle, permet à l’auteur de soulever, au sein de son court ouvrage de deux cents pages, quelques questions fondamentales.

Haffner, dans le chapitre »Vie«, montre avec brio la manière dont tout le parcours d’Hitler fut tourné vers la politique. En terme de »vie« justement, il n’y eut rien, rien en dehors de l’activisme, là où d’autres dictateurs ou dirigeants politiques faisaient coexister les deux éléments, une vie privée d’une part, une vie publique, de l’autre, l’articulation entre les deux étant toujours intéressantes à analyser. Pour Hitler, la politique était »un succédané de la vie« (p. 25). C’est à cette question que s’est consacrée Heike Görtemaker dans sa biographie d’Eva Braun il y a trois ans, en essayant de démontrer que cette disparition de la vie privée d’Hitler au profit de sa vie publique avait été orchestrée par Hitler lui-même, pour rendre plus solide le mythe d’un Führer entièrement dévoué à sa tâche historique. Il n’empêche, les questions que pose Haffner – en recourant à des comparaisons audacieuses, propre à une certaine histoire diplomatique et politique très surplombante – interroge le parcours à bien des égards paradoxal d’un homme qui n’aura, durant toute sa vie, rien connu d’autre que la politique.

Le chapitre »Réalisations« est peut-être le plus audacieux: au lieu de chercher à expliquer l’absence de résistance au national-socialisme par la coercition et la terreur, Haffner défend l’idée que le »IIIe Reich« et Hitler durent leur stabilité à quelque chose de beaucoup plus simple: leurs réalisations. »Quel exploit incroyable de rassembler ainsi presque tout le peuple derrière soi, et cela en moins de dix ans! Non par la démagogie, mais pour l’essentiel par des réalisations«, écrit Haffner (p. 58). Cette idée qui a été développée, depuis lors, par des historiens comme Götz Aly ou Peter Fritzsche, permet, si on ne perd pas de vue les phénomènes de répressions qui frappaient bien évidemment les ennemis du Reich et les opposants, de comprendre une certaine forme d’adhésion au régime qu’a étudié Ian Kershaw dans ses tous premiers ouvrages sur la Bavière, et plus récemment, dans son étude sur la fin du Reich des années 1944–1945.

Enfin, le troisième apport est la relecture des »Succès« de Hitler. Ici, Haffner prend le contre-pied de son chapitre précédent, en expliquant que les succès hitlériens, que ce soit dans la prise du pouvoir ou la politique extérieure, n’étaient dus qu’à une chose: la médiocrité et la faiblesse de ses adversaires. Comment expliquer le caractère très saccadé de »dix ans d’insuccès, puis douze ans d’une série ininterrompue de succès vertigineux, puis de nouveau quatre ans d’insuccès« (p. 74)? En politique intérieure, Haffner considère que l’échec de Weimar est lié à une »droite hostile à l’État« (p. 90) qui vida la république de sa substance avant même le succès des nazis; en politique extérieure, l’auteur tient le même genre de raisonnement, montrant qu’Hitler n’avait en rien l’œil d’un aigle, mais bien le flair d’un vautour: il savait achever des ennemis à terre. La France, en 1940, était déjà »battue intérieurement avant que les chars ne traversent la Meuse« (p. 101), et Hitler su tirer profit de cette conviction intime. Ces interprétations, si elles sont iconoclastes, ont le mérite de faire réfléchir à l’équilibre des forces et des faiblesses.

La suite de l’ouvrage, qui s’intéresse aux »erreurs«, aux »fautes«, aux »crimes« et aux »trahisons« d’Hitler, perd, malheureusement, en rigueur; de l’essai réflexif, on tombe alors dans des tentatives démonstratives parfois compliquées. Un chapitre entier vise à montrer que la principale erreur d’Hitler était »son appréciation négative des juifs« (p. 114) car il transforma ainsi »des amis en ennemis« (p. 138), ou qu’il aurait dû conclure la paix en 1940, comme un vrai chef d’État, pour construire »une confédération des États européens« (p. 148). L’intérêt de ces pages qui flirtent avec l’histoire contrefactuelle n’est pas directement évidente, tandis que le chapitre sur les »crimes«, s’il devait être, à l’époque, une bonne mise en pédagogie des vagues d’assassinats de masse, parait aujourd’hui bien daté.

C’est peut-être dans le dernier chapitre, »Trahison«, que réside l’intérêt le plus fort de l’ouvrage dans son ensemble. Le livre cesse d’être une réflexion sur Hitler, pour devenir une source en elle-même sur la mémoire allemande des années 1970. »[…] c’est surtout, si l’on y regarde très objectivement, à l’Allemagne qu’Hitler a nui. Les Allemands aussi ont subi sous Hitler un terrible sacrifice humain; plus de 7 millions de morts, plus que les juifs ou les Polonais; seuls les Russes ont versé plus de sang encore« (p. 194): Haffner tente, durant ce chapitre, de montrer la guerre qu’a mené Hitler contre son propre peuple, le réduisant à l’état de ruine volontairement, en accord avec sa vision du monde d’un combat entre les races, que les Allemands avaient perdu. Les dernières phrases du livre témoignent de ce moment si particulier de la mémoire allemande, lorsque Haffner écrit: »Hitler ne s’inscrit dans aucune tradition allemande ([…]. Hitler n’était pas un homme d’État, et cela suffit à l’exclure de l’histoire allemande« (p. 212).

Dans ses »Considérations«, Haffner se permet donc de poser les questions que les historiens délaissaient en partie, soit qu’ils les trouvaient trop générales, soit inintéressantes. Ce faisant, il jette une lumière intéressante sur un certain nombre de problèmes du »IIIe Reich«; mais dans le même temps, le degré de généralité des analyses conduit à des simplifications nombreuses. Il vaut donc mieux lire ce livre pour approfondir la connaissance de l’auteur de »l’Histoire d’un allemand« et celle d’un moment de la mémoire allemande, que le lire pour comprendre Hitler, au-delà des quelques questions déroutantes que l’auteur a l’intelligence de poser.



1 Titre original: Sebastian Haffner, Anmerkungen zu Hitler, Munich 1978.

Lizenzhinweis: Dieser Beitrag unterliegt der Creative-Commons-Lizenz Namensnennung-Keine kommerzielle Nutzung-Keine Bearbeitung (CC-BY-NC-ND), darf also unter diesen Bedingungen elektronisch benutzt, übermittelt, ausgedruckt und zum Download bereitgestellt werden. Den Text der Lizenz erreichen Sie hier: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/3.0/de

PSJ Metadata
Nicolas Patin
S. Haffner, Considérations sur Hitler (Nicolas Patin)
CC-BY 3.0
Neuere Zeitgeschichte (1945-heute), Neuzeit / Neuere Geschichte (1789-1918), Zeitgeschichte (1918-1945)
Europa
Familiengeschichte, Genealogie, Biographien
20. Jh.
4015701-5 118551655 4006804-3
1889-1945
Europa (4015701-5), Hitler, Adolf (118551655), Biografie (4006804-3)
PDF document haffner_patin.doc.pdf — PDF document, 91 KB
S. Haffner, Considérations sur Hitler (Nicolas Patin)
In: Francia-Recensio 2014/4 | 19./20. Jahrhundert - Histoire contemporaine | ISSN: 2425-3510
URL: https://prae.perspectivia.net/publikationen/francia/francia-recensio/2014-4/ZG/haffner_patin
Veröffentlicht am: 05.12.2014 13:45
Zugriff vom: 16.10.2019 20:00
abgelegt unter: