Direkt zum Inhalt | Direkt zur Navigation

    D. Hempel, I. Schröder (Hg,), Andocken (Catarina Caetano da Rosa)

    Francia-Recensio 2014/4 19./20. Jahrhundert – Histoire contemporaine

    Dirk Hempel, Ingrid Schröder (Hg,), Andocken. Hamburgs Kulturgeschichte 1848 bis 1933, Hamburg (DOBU) 2012, 510 S., zahlr. Abb. (Beiträge zur Hamburgischen Geschichte, IV), ISBN 978-3-934632-43-1, EUR 39,90.

    rezensiert von/compte rendu rédigé par

    Catarina Caetano da Rosa, Darmstadt

    Le recueil est dédié à l’histoire de la ville de Hambourg pendant la période de 1848 à 1933. Les directeurs de la publication, Dirk Hempel et Ingrid Schröder, justifient le choix de cette période en expliquant qu’elle n’a pas été aussi bien étudiée que le siècle des Lumières et l’époque nazie. Le livre vise à déployer »un panorama en plusieurs couches de l’histoire culturelle de Hambourg« (p. 9). Il regroupe 35 articles divisés en sept chapitres. J’aborderai ci-dessous un article pour chacun de ces chapitres qui met en évidence le caractère portuaire de la ville.

    Le premier chapitre intitulé »Cultures du politique dans la société bourgeoise« comporte un article de Hargen Thomsen. Il traite de l’auteur Amalia Schoppe (1791–1858) qui vécut à Hambourg entre 1820 et 1850. L’analyse de son œuvre met en évidence la manière avec laquelle Schoppe percevait l’époque. Dans ses lettres, on apprend, par exemple, que l’idée de la liberté existait déjà en Allemagne bien avant 1848. En 1851, la vie de cette femme écrivain subit un tournant lorsqu’elle s’embarque vers l’Amérique du Nord. Elle rapporta au » Morgenblatt « ses impressions sur la ville portuaire de New York qu’elle comparait à Hambourg: Des »colosses de navires« transportaient vers »l’Amérique libre« des milliers de migrants qui aspiraient à des lendemains meilleurs. À l’instar de la vie et de l’œuvre de Schoppe, qui était jadis très populaire, Thomsen trace le portrait de la ville de Hambourg comme point de départ d’une série d’histoires transatlantiques.

    Rainer Nicolaysen se demande dans le deuxième chapitre intitulé »Institutions bourgeoises« si l’université de Hambourg a joué un rôle spécifique entre 1919 et 1933. Il n’attribue »aucune position clef« (p. 119) à cette institution éducative – ni par rapport à la ville ni par rapport à d’autres universités allemandes. Or, l’université de Hambourg avait acquis la réputation d’être relativement progressiste et libérale. Ainsi, la discipline Auslandskunde (études des cultures étrangères) contribuait à aiguiser ce profil. La création de la première chaire de langues africaines dans le monde ainsi que la fondation des premiers séminaires d’études orientales, de sinologie et de langue et civilisation japonaises en Allemagne témoignaient au même titre de cette ouverture au monde . Tout ceci changea dès 1933. L’université renonça à sa vocation internationale. Des professeurs phares tels qu’Ernst Cassirer et Erwin Panofsky, qui lui avaient valu une réputation au-delà des frontières, furent en effet forcés de s’exiler.

    Le troisième chapitre intitulé »Technologies et pratiques de la modernité« englobe des articles qui se réfèrent à l’histoire des sciences, de la technique et de la médecine. L’historienne Katrin Cura dévoile comment des désinfectants contre le choléra ont été développés de fil en aiguille à partir des activités du chimiste Friedlieb Ferdinand Runge (1794–1867), né près de Hambourg. Runge fit des expériences avec du chlore et du phénol. Pour éviter le danger de contagion, il recommanda aux médecins et aux patients de désinfecter »l’air empesté« ainsi que les malades et la surface des meubles avec du gaz de chlore et du phénol. Le bactériologue Robert Koch (1843–1910) reconnut plus tard l’efficacité désinfectante de ces substances. Pourtant, il fallut prendre des mesures d’hygiène bien plus complexes, afin de mener à bien la lutte contre les épidémies. Cura le démontre à l’exemple de l’épidémie de choléra qui ravagea Hambourg en 1892: elle coûta la vie à 8600 personnes et est considérée comme l’épidémie la plus dévastatrice du XIX e siècle.

    Le quatrième chapitre porte sur les »Cultures de représentation de la métropole«. Tim Cassel y reconstitue l’histoire du football à Hambourg et à Kiel en adoptant le point de vue des clubs. Selon Cassel, la fédération de football de Hambourg-Altona (HAFB) a été fondée en 1894 et jouit ainsi du statut pionnier parmi les clubs de football. Ce sont d’abord des lycéens qui formèrent des équipes afin de s’entraîner à ce »sport anglais« que des commerçants britanniques pratiquaient déjà. Ainsi, ce sont les jeunes hommes de Hambourg et des alentours qui ont aidé à lancer cette discipline en Allemagne. Au vu de la forte présence médiatique dont jouit le football aujourd’hui, Cassel rappelle le fait que sa diffusion mondiale s’est d’abord faite à partir de villes portuaires.

    Le sociologue Dirk Schubert entame le cinquième chapitre intitulé »Espaces configurés et réglés«. Il passe l’histoire de la modernisation de la ville au crible en se demandant comment les responsables de la ville de Hambourg ont tenté de résoudre la crise du logement de la population pauvre. Au cours du XIX e siècle, ce problème est récurrent. Schubert se rapporte à plusieurs dates clefs de l’histoire de la ville: en rappelant les conséquences du grand incendie de 1842, l’auteur montre, d’une part, que la catastrophe a eu comme conséquence de démunir 20 000 Hambourgeois de leur logement. D’autre part, cet incendie permit de rénover la ville. Les autres microanalyses développées par Schubert se réfèrent à l’épidémie de choléra en 1892 (citée à plusieurs reprises dans l’ouvrage), à l’agrandissement du Scheunenviertel (quartier des granges) et à l’expansion de la périphérie urbaine au temps de la république de Weimar.

    Le sixième chapitre traite »De l’industrialisation et de la globalisation«. Andrea Brinckmann explore le sujet des migrations transatlantiques. Elle analyse en particulier l’impact économique de l’immigration de l’Est sur la ville hanséatique. Selon l’historienne, les immigrants représentaient une source importante de revenu pour plusieurs secteurs industriels. Le secteur de construction des chantiers navals à Hambourg en aurait beaucoup profité. Albert Ballin, le directeur de la compagnie de la marine marchande HAPAG, soutenait l’expansion de cette activité en investissant dans la construction de foyers et de lieux de quarantaine pour les immigrants. Brinckmann constate que »la ségrégation spatiale des ethnies étrangères […] provoquait souvent l’apparition de préjugés et de jugements superficiels« (p. 420–421) de la part des Hambourgeois. Les étrangers étaient confrontés à la xénophobie. Ceci allait à rebours de l’image cosmopolite dont se dotait la ville de Hambourg.

    Ingrid Schröder, se préoccupe de stéréotypes. En analysant des chansons populaires données en représentation à Hambourg, elle démontre dans le septième chapitre intitulé »Pluralité des identités urbaines« comment cette musique contribua à construire le cliché »du gars de Hambourg« ( Hamborger Jonge ). Les chansons prennent pour thème le quotidien, le travail et les divertissements des ouvriers portuaires en faisant appel à des clichés, de l’humour et de l’ironie. Schröder explique que quelques-unes de ces chansons étaient reprises »dans une langue spécifique du port de Hambourg, la » langue des chaudronniers« ( Kesselklopfersprache ) (p. 482).

    Ce recueil résulte du travail d’un réseau académique Forschungsverbund zur Kulturgeschichte Hamburgs , fondé en 2007, et rassemble des articles forts différents quant aux thématiques et méthodes choisies. Du fait que ces articles ne se réfèrent pas à une question de recherche commune, il leur manque une certaine homogénéité. De plus, il s’agit parfois de résumés de travaux qui ont déjà été publiés ailleurs. Toutefois, l’ouvrage présente bien des avantages: l’histoire de Hambourg apparaît comme un tissu ornementé de plusieurs points d’ancrage. Il serait séduisant de reprendre des axes thématiques proposés par les auteurs afin de les rapprocher de l’histoire d’autres villes portuaires. »L’autoportrait« (p. 9) de la ville hanséatique serait alors complété par l’image que d’autres villes portuaires se firent de Hambourg. De surcroît et à titre comparatif, les particularités de Hambourg se distingueraient mieux de celles d’autres villes. Au final, le chercheur intéressé par l’histoire urbaine ressortira inspiré de la lecture de ce recueil. Cette œuvre pertinente sur l’histoire culturelle de Hambourg peut être recommandée à un vaste public.

    Lizenzhinweis: Dieser Beitrag unterliegt der Creative-Commons-Lizenz Namensnennung-Keine kommerzielle Nutzung-Keine Bearbeitung (CC-BY-NC-ND), darf also unter diesen Bedingungen elektronisch benutzt, übermittelt, ausgedruckt und zum Download bereitgestellt werden. Den Text der Lizenz erreichen Sie hier: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/3.0/de

    PSJ Metadata
    Catarina Caetano da Rosa
    D. Hempel, I. Schröder (Hg,), Andocken (Catarina Caetano da Rosa)
    CC-BY 3.0
    Neuere Zeitgeschichte (1945-heute), Neuzeit / Neuere Geschichte (1789-1918), Zeitgeschichte (1918-1945)
    Deutschland / Mitteleuropa allgemein
    Sozial- und Kulturgeschichte
    19. Jh., 20. Jh.
    4023118-5 4125698-0
    1848-1933
    Hamburg (4023118-5), Kultur (4125698-0)
    PDF document hempel_caetano-da-rosa.doc.pdf — PDF document, 116 KB
    D. Hempel, I. Schröder (Hg,), Andocken (Catarina Caetano da Rosa)
    In: Francia-Recensio 2014/4 | 19./20. Jahrhundert - Histoire contemporaine | ISSN: 2425-3510
    URL: https://prae.perspectivia.net/publikationen/francia/francia-recensio/2014-4/ZG/hempel_caetano-da-rosa
    Veröffentlicht am: 05.12.2014 13:45
    Zugriff vom: 17.10.2019 05:48
    abgelegt unter: