Direkt zum Inhalt | Direkt zur Navigation

    E. Kammerer, Jean de Vauzelles et le Creuset lyonnais (Willem Frijhoff)

    Francia-Recensio 2015/1 Frühe Neuzeit – Revolution – Empire (1500–1815)

    Elsa Kammerer, Jean de Vauzelles et le creuset lyonnais. Un humanisme catholique au service de Marguerite de Navarre entre France, Italie et Allemagne (1520–1550), Genève (Librairie Droz) 2013, 562 p. (Travaux d’Humanisme et de Renaissance, DXXII), ISBN 978-2-600-01647-6, CHF 72,00.

    rezensiert von/compte rendu rédigé par

    Willem Frijhoff, Rotterdam

    Jean de Vauzelles (ca. 1495–1563) était le plus jeune de trois frères appartenant à une famille de l’élite lyonnaise qui gérait et dominait les affaires publiques de la cité. Il était chanoine de la primatiale St.-Jean de Lyon et est surtout connu pour avoir créé l’Aumône générale dans cette ville, la première institution laïque en France qui fut conçue pour remédier à la pauvreté dans la perspective du nouveau souci social des humanistes. Le livre richement documenté dont il est rendu compte ici, issu d’une thèse de doctorat préparée en cotutelle à Lille et Munich, constitue en fait un vibrant hommage à l’action politique et aux travaux intellectuels de son protagoniste par l’auteur qui visiblement a été séduite par ce personnage, longtemps oublié et mal compris. Elsa Kammerer s’est attachée à réhabiliter la personnalité et le rôle public, religieux et intellectuel autant que civique, de Vauzelles. Elle étudie dans le moindre détail les relations de Vauzelles avec un certain nombre de célébrités de la Renaissance européenne, tels le dominicain hébraïsant Sante Pagnini, un bibliste d’envergure internationale qui avait élu domicile à Lyon, le sulfureux Pietro Aretino, Maurice Scève, le beau-frère de Vauzelles, le savant rhénan Otmar Nachtgall, et surtout Marguerite de Navarre, la s œ ur du roi François Ier et la future grand-mère d’Henri IV, dont Vauzelles était aussi bien l’admirateur que le confident, et la mère de celle-ci, Louise de Savoie. Mais à part ces personnages incontournables pour toute étude de la société lyonnaise de la Renaissance, Elsa Kammerer fait défiler quasi tous les auteurs, littérateurs, théologiens et imprimeurs de cette époque qui aient eu une quelconque relation avec Vauzelles, aient influencé sa pensée et ses actions, ou aient aidé à divulguer ses écrits et ceux de ses amis, des savants tels qu’Érasme de Rotterdam et Conrad Gesner aux imprimeurs comme Sébastien Gryphe et Jean de Tournes. En fait, fidèle à l’approche de Vauzelles lui-même, c’est par le biais de ces personnages liés aux différents pays dont Lyon constitue en quelque sorte le point de convergence, que l’auteur nous fait revivre l’aventure spirituelle, littéraire et politique qui était la quintessence de la vie de son héros, et qui marquait la vie intellectuelle dans la cité lyonnaise elle-même. Vauzelles en était un des acteurs principaux, comme Elsa Kammerer le démontre amplement.

    Lyon vivait à cette époque, au cours des années 1520 et 1530, le début de sa propre Renaissance. C’était une ville de taille relativement réduite mais puissante, d’esprit passablement indépendant, un carrefour international et un bouillon de culture foisonnant d’activités dans le domaine religieux et intellectuel. La communauté lyonnaise était ouverte aux expérimentations et aux diverses formes de renouveau humaniste et catholique, ouverture probablement autant favorisée par l’importance de l’imprimerie lyonnaise que par l’absence d’une faculté de théologie ou d’un parlement qui eussent pu freiner les ardeurs et sauvegarder une stricte orthodoxie. Lyon était accueillant pour les hétérodoxes qui, à la suite du basculement vers les dogmatismes confessionnels et les clivages religieux dans les années 1540, marquées par l’essor de Calvin et par le concile de Trente, allaient en faire peu de temps après un haut-lieu protestant (évolution jadis bien mise en relief par Natalie Zemon Davis, puis par Yves Krumenacker, auteurs peu présents dans ce volume qui reste très près de la période de référence). Cependant, à ce moment-là rien n’est encore décidé côté Réforme. Lyon vibre d’un courant de recherche de grandes et petites réformes en tous genres dans un sens humaniste, irénique et tolérant, et qui demeuraient le plus souvent bien consciemment à l’intérieur de l’Église catholique.

    Le travail d’Elsa Kammerer, de facture plus documentaire et biographique qu’analytique au sens fort, et, somme toute, plus tournée vers une approche littéraire et visuelle que sociale et politique, suit fidèlement le déroulement chronologique des activités de Vauzelles et de ses interlocuteurs. Ce fil chronologique est continuellement épaissi par quatre points d’attention particuliers: la cohérence interne de l’itinéraire de Vauzelles, l’interaction entre les dimensions religieuses et profanes, les apports de l’étranger, et la présence active de Marguerite de Navarre dans ce récit de vie. Après avoir esquissé la personnalité de Jean de Vauzelles, les grandes lignes de sa vie, sa famille et son entourage, Elsa Kammerer nous conduit successivement vers ses relations avec Louise de Savoie et Marguerite de Navarre dans les années 1526–1531, puis avec L’Arétin une décennie plus tard; elle détaille les péripéties de la publication lyonnaise de la » Danse de la Mort « d’Holbein autour de 1540, avant de plonger dans les différentes aventures éditoriales de Vauzelles et de ses amis autour de la Bible et de l’interprétation des saintes Écritures, la publication du premier dictionnaire d’hébreu biblique par Pagnini, et la diffusion plus large d’une spiritualité évangélique. Enfin, elle analyse, en s’appuyant avant tout sur les sources littéraires, les deux grandes actions civiques de Vauzelles: la création de l’Aumône générale de Lyon en 1531, et les Entrées royales de 1533, qui furent pour Vauzelles indubitablement son finest hour . L’ouvrage termine par une série de textes de Vauzelles en annexe, une bibliographie monumentale de plus de 60 pages, quelques illustrations et de très utiles index de personnages et de lieux historiques, bibliques et de fiction, qui font de ce livre une mine inépuisable pour qui voudra étudier la Renaissance lyonnaise

    Outre le rétablissement dans son foisonnant rôle historique du personnage riche en initiatives et parfois séduisant qu’était Jean de Vauzelles, l’auteur renouvelle notre perception du rôle particulier, voire unique, de Lyon dans cette période cruciale pour la destinée politique de la France. Elle rajuste l’idée reçue que Lyon fût une ville profondément italianisante, en accentuant l’apport germanique et la variété des relations que les gestionnaires, ecclésiastiques, intellectuels et imprimeurs de la cité entretenaient avec des personnages de toute origine, autant intellectuelle que géographique. Un seul regret: la richesse et l’abondance des informations ainsi que le choix en faveur d’un récit qui reste près des textes et des événements ont conduit l’auteur à se limiter à une plage de temps de deux décennies sans trop s’attarder à l’avant et l’après. Le descriptif de l’actualité du moment domine les quelques amorces d’analyse et gênent quelque peu la profondeur historique du regard. Pour ne prendre qu’un exemple: lorsqu’un titre de sous-chapitre annonce une évolution entre la devotio moderna et la spiritualité ignatienne, l’auteur se borne à un renvoi sommaire dans une note à quelques sommités ayant traité de la Dévotion moderne, sans proprement l’analyser ou même la présenter. Une remise plus synthétique dans une perspective historique compléterait donc utilement cette approche qui parfois risque de succomber sous sa propre richesse documentaire.

    Lizenzhinweis: Dieser Beitrag unterliegt der Creative-Commons-Lizenz Namensnennung-Keine kommerzielle Nutzung-Keine Bearbeitung (CC-BY-NC-ND), darf also unter diesen Bedingungen elektronisch benutzt, übermittelt, ausgedruckt und zum Download bereitgestellt werden. Den Text der Lizenz erreichen Sie hier: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/3.0/de

    PSJ Metadata
    Willem Frijhoff
    E. Kammerer, Jean de Vauzelles et le Creuset lyonnais (Willem Frijhoff)
    CC-BY 3.0
    Frühe Neuzeit (1500-1789)
    Europa
    Familiengeschichte, Genealogie, Biographien
    16. Jh.
    4015701-5 188378901 4006804-3
    1495-1563
    Europa (4015701-5), Vauzelles, Jean de (188378901), Biografie (4006804-3)
    PDF document kammerer_frijhoff.doc.pdf — PDF document, 327 KB
    E. Kammerer, Jean de Vauzelles et le Creuset lyonnais (Willem Frijhoff)
    In: Francia-Recensio 2015/1 | Frühe Neuzeit - Revolution - Empire (1500-1815) | ISSN: 2425-3510
    URL: https://prae.perspectivia.net/publikationen/francia/francia-recensio/2015-1/FN/kammerer_frijhoff
    Veröffentlicht am: 11.03.2015 11:50
    Zugriff vom: 20.01.2020 15:30
    abgelegt unter: